Géranium (Pelargonium graveolens)

lun, 23/06/2003 - 16:23 -- Sophie Lacoste
Rubrique : 

En lisière des bois, dans votre jardin, sur les murets, une « mauvaise » herbe s’accroche et tend ses petites fleurs roses : c’est le géranium sauvage. Une « simple », toute simple, mais si précieuse pour soigner les reins fatigués et les peaux irritées.

Appelée aussi « bec de grue » à cause de la forme de son fruit, cette modeste fleur est plus connue sous le nom d’Herbe-à-Robert ou herbe de Saint-Ruppert.

SOIGNER AVEC LES SIMPLES
Sainte-Hildegarde, première phytothérapeute moderne, avait remarqué ses propriétés thérapeutiques. Selon le principe de la médecine des signatures, en usage au Moyen-Âge, une plante qui possède des pigments rouges soigne les maux liés à la circulation sanguine. Le géranium Robert était donc connu pour ses principes hémostatiques, mais aussi comme astringent et diurétique. Hildegarde utilisait donc le géranium Robert pour les problèmes cardiaques, les troubles respiratoires, les angoisses et les infections urinaires.

LA CONFIRMATION SCIENTIFIQUE
Au XVIe et au XVIIe siècles, les médecins conseillaient les applications de suc frais d’herbe-à-Robert sur les fistules, les problèmes cutanés ou les plaies. En interne, les apothicaires ont longtemps proposé de l’eau distillée d’herbe-à-Robert pour les mêmes maux qu’Hildegarde quatre à cinq cents ans plus tôt, à savoir les hémorragies internes et les infections urinaires. Au début du XXe siècle, les médecins ont confirmé l’effet diurétique et hémostatique de l’herbe-à-Robert.

INDICATIONS ET MODE D'EMPLOI
Le géranium Robert contient des tanins, une huile essentielle, de l’acide citrique, un principe amer, mais nombre de ses constituants n’ont pas encore été isolés. Toujours est-il que plusieurs travaux scientifiques ont permis de prouver ses propriétés, notamment dans la réduction du taux de glycémie chez les diabétiques.

EN USAGE INTERNE :
- diabète
- infections urinaires
- diarrhée
- hémorroïdes
- règles douloureuses ou trop abondantes
- ulcères
- acidité gastrique.

EN USAGE EXTERNE :
- ophtalmies
- névralgies faciales
- dermatoses
- aphtes, gingivites
- coupures, blessures, brûlures.

LES AUTRES GÉRANIUMS
Dans nos contrées « tempérées », on trouve aussi le Géranium sanguin (Geranium sanguineum), aux fleurs plus grandes et plus foncées.
En Amérique du Nord, pousse le Geranium maculatum ou géranium américain. Ces deux variétés ont des propriétés et des utilisations comparables à celles du géranium Robert.
Quant au géranium des balcons, c’est en réalité un pelargonium, originaire d’Afrique. On en tire une huile essentielle très odorante aux propriétés antiseptiques remarquables.

L’HUILE ESSENTIELLE DE GÉRANIUM
En externe ou en interne, son huile essentielle combat la fatigue, calme les estomacs et les intestins irrités, fait disparaître bleus et ecchymoses, soulage les seins douloureux, active la cicatrisation des petites blessures ou écorchures, soulage le mal de gorge, fait fuir les moustiques. Comme son cousin européen, le géranium rosat serait aussi efficace pour faire baisser le diabète.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site...
Type de publication : 

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer