La vitamine D

La vitamine du Soleil
Rubrique

La vitamine D est la vitamine du squelette, mais pas seulement. Elle présente notamment un intérêt incontestable dans le domaine de la prévention du cancer.

La plupart des études démontrent de manière constante un lien entre cancer et vitamine D. Il est donc d’autant plus dommageable d’observer une si fréquente déficience en vitamine D au sein de la population.

D2 OU D3 ?
- La vitamine D2 (ergocalciférol) est la forme d’origine végétale de la vitamine D.
- La vitamine D3 (cholécalciférol) en est la forme d’origine animale.
Il est de loin préférable de se supplémenter en vitamine D3, dans la mesure où celle-ci est deux à trois fois plus biodisponible que la vitamine D2.

LA VITAMINE D, JE L'AI DANS LA PEAU !
La synthèse cutanée de vitamine D couvre jusqu’à 90 % des besoins de l’organisme.
Une personne de 70 ans synthétise quatre fois moins de vitamine D qu’une personne jeune. D’où la nécessité pour elle de se « rattraper » via l’alimentation et la complémentation.

SOLEIL + POISSON + SUPPLÉMENTATION
Si la vitamine D est une vitamine très majoritairement apportée par l’exposition au soleil – d’où son surnom de « vitamine du soleil » ! –, elle peut également être fournie dans une moindre mesure par l’alimentation, à condition de consommer très régulièrement des poissons gras, et par des compléments alimentaires, principalement l’huile de foie de morue ou la vitamine D3 pure.

VITAMINE DDOSAGES exprimés en unités internationales (UI)
Apport solairePour donner un ordre d’idée, s’étendre au soleil de midi en maillot de bain pendant 20 mn induit la production de 8 000 à 10 000 UI !
Sachant que la vitamine D est fabriquée avant que la peau ne soit rougie par le soleil, nul besoin de s’exposer pendant longtemps.
Pendant l’été (jusqu’à 11 h ou à partir de 16 h), pratiquez régulièrement de courtes expositions au soleil sans protection, soit 5 mn pour l’avant du corps et 5 mn pour l’arrière (sauf avis contraire de votre dermatologue).
Le bronzage et la peau naturellement sombre sont des facteurs limitant la fabrication de vitamine D.
Apport alimentaireMeilleures sources : poissons gras, surtout saumon et thon rouge.
Exemples : 100 g de saumon grillé = entre 600 et 1 000 UI ; 100 g de saumon fumé = 400 UI ; 100 g de sardines de l’Atlantique en conserve = 80 UI.
Apport complémentaire

Huiles de foie de poisson (morue, flétan, lieu noir...).
Exemples : huile de foie de morue : une capsule peut contenir jusqu’à 200 UI. Étant donné que l’huile de foie de morue est très riche en vitamine A, dont il faut limiter l’apport à 2 500 UI/jour, cela contraint donc à se satisfaire d’un apport quotidien en vitamine D de l’ordre de 200 à 300 UI maximum.

Vitamine D3 pure (obtenue à partir de lanoline de laine de mouton ou extraite d’huile de foie de morue) : suivant les produits, elle se présente sous forme de gouttes (300 UI/goutte) ou de comprimés (800 à 1 000 UI/comprimé).

DES RECOMMANDATIONS À REVOIR À LA HAUSSE
Les spécialistes de la vitamine D sont de plus en plus nombreux à élever la voix pour demander que l’on prenne en compte les résultats des études publiées ces dernières années et que les apports conseillés soient par conséquent revus à la hausse.
Pour que la vitamine D puisse exercer son rôle préventif, notamment vis-à-vis des cancers et des maladies osseuses, cardio-vasculaires, infectieuses ou auto-immunes, il est souhaitable de se supplémenter à hauteur de 1 000 UI/jour.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les aliments qui guérissent (Poche)
Recettes gourmandes anti-cancer
Quelle contraception choisir ?
Faut bien mourir de quelque chose !