Gare au diabète !

Le diabète chez vos animaux de compagnie

Cette maladie sournoise peut être présente pendant des mois ou des années sans faire parler d’elle… jusqu’au jour où elle se révèle par des complications au niveau des artères et des nerfs.

DES SIGNES D’APPEL À PRENDRE AU SÉRIEUX...
Un animal – chien ou chat – qui boit beaucoup plus souvent que d’habitude, qui urine fréquemment, a tout le temps faim et perd du poids, voilà qui est hautement suspect. Idem s’il fait des infections (urinaires) à répétition, car le diabète rend plus vulnérable aux microbes. Dans ce cas, le mieux est d’en parler au vétérinaire qui vérifie son taux de sucre sanguin, à l’aide d’une prise de sang : un taux de sucre (glycémie) supérieur à 1,8 maximum est anormal. Il signe le diabète lorsque ce seuil est franchi lors de plusieurs examens successifs. Un traitement est alors indispensable. En effet, le diabète n’a rien d’anodin. À court terme, il peut même provoquer un grave coma acido-cétosique, dû à une brusque carence en insuline (par exemple à l’occasion d’une infection), empêchant le sucre du sang de pénétrer dans les cellules. Ces dernières produisent alors de l’énergie en brûlant des graisses dans de mauvaises conditions, d’où la fabrication de toxiques (les corps cétoniques).

À long terme, enfin, le diabète peut finir par provoquer une cataracte alors que l’animal n’est pas très vieux : c’est généralement un reflet blanc dans les yeux qui donne l’alerte. Et chez le chat, un diabète peut aboutir à une démarche plantigrade (comme les ours) en raison d’une atteinte des nerfs. Enfin, le diabète favorise l’inflammation, de sorte que tout se passe comme si la maladie accélérait le vieillissement. Les parois des artères, en particulier celles qui irriguent les reins, sont souvent les premières touchées, d’où une atteinte fréquente de ces organes. Autant de raisons pour dépister le plus tôt possible et traiter le diabète. C’est le seul moyen de permettre à votre compagnon de mener une vie presque normale (à l’exception des efforts intenses) et, surtout, de lui redonner une espérance de vie aussi longue que s’il n’avait pas cette affection…

PRISE EN CHARGE DE TOUTE UNE VIE...
Côté régime : chiens et chats obèses doivent commencer par retrouver un poids normal pour en finir avec la résistance des cellules de l’organisme à l’hormone insuline. Les chiens diabétiques doivent suivre un régime pauvre en graisses, mais riche en fibres et en aliments à index glycémique bas, qui ne font pas grimper l’insuline trop vite après un repas. Et les chats diabétiques doivent recevoir une alimentation pauvre en graisses, mais riche en protéines hautement digestibles.

Côté traitement : le vétérinaire peut conseiller la stérilisation de l’animal, en particulier s’il s’agit d’une chatte diabétique, car la progestérone (une hormone femelle) est connue pour perturber son taux de sucre dans le sang. Et comme seuls quelques chats répondent bien aux médicaments antidiabétiques par voie orale, il faut souvent traiter par piqûres d’insuline pour apporter l’hormone qui fait défaut à l’animal. Mais avec un peu d’entraînement, tous les maîtres y arrivent. Et une petite piqûre vaut bien la belle vie !

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les remèdes homéopathiques qui guérissent
Faut bien mourir de quelque chose !
Mon cahier de botanique
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel