La sarcoïdose

Rubrique

Encore appelée maladie de Boeck-Besnier-Schaumann, la sarcoïdose est une maladie inflammatoire rare, de cause inconnue, qui touche de nombreux organes du corps humain.

 

La sarcoïdose survient en général chez l 'homme jeune, de 25 à 35 ans et chez la femme de 45 à 65 ans (rarement chez le fumeur !). La découverte est souvent fortuite, à l'occasion d'une banale radiographie pulmonaire, en médecine du travail par exemple. Comme toute maladie inflammatoire, la fatigue, l'amaigrissement ou une fièvre inexpliquée peuvent amener la personne à consulter son médecin. Cette maladie est souvent bénigne et de guérison spontanée. Néanmoins, certaines formes de sarcoïdose peuvent s'avérer mortelles ou très invalidantes.

L'atteinte pulmonaire

C'est la plus classique des manifestations de cette maladie puisqu'elle est présente dans 90 % des cas. La sarcoïdose pulmonaire donne rarement des signes, telles que la toux et une difficulté respiratoire. C'est la radiographie pulmonaire qui va orienter vers le diagnostic en montrant des ganglions symétriques des deux côtés de la région cardiaque. On distingue 4 stades de gravité croissante, allant des simples ganglions à l'atteinte grave du tissu pulmonaire lui-même. Il est parfois utile de préciser exactement le stade de la maladie par un scanner thoracique.

Signes cutanés

Dans environ un tiers des cas, la sarcoïdose touche la peau sous la forme d'une lésion particulière appelée érythème noueux (fréquent toutefois
dans d'autres pathologies). Il s'agit de plaques rougeâtres et i n f l a m m a toires, le plus souvent bilatérales et situées sur les jambes. Des petits nodules
apparaissent sur le visage, le tronc et les épaules. Ils évoluent par poussées et peuvent disparaître en laissant parfois des petites cicatrices.

L'atteinte oculaire

Les yeux peuvent être touchés, de façon bénigne le plus souvent, par la sarcoïdose dans presque la moitié des cas, surtout quand il existe une atteinte pulmonaire. Toutes les parties de l'oeil sont concernées, même les glandes lacrymales. Les lésions sont inflammatoires ou nodulaires et guérissent après traitement. D'autres localisations de la maladie Moins fréquente, l'atteinte du cerveau révèle parfois la maladie. Il s'agit surtout de paralysie faciale.
Les atteintes cardiaques sont rares mais peuvent être graves et menacer la vie. Elles s'accompagnent parfois de peu de signes.
Les ganglions sont souvent touchés. Ils se manifestent essentiellement sous l'aisselle, aux coudes, au dessus des clavicules.
La fonction rénale est à surveiller. Une insuffisance rénale est toujours à craindre en cas d'atteinte.
La localisation hépatique est présente dans 90 % des cas, mais elle n'entraîne que peu de retentissement.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Le Guide du thé vert
Mon cahier de botanique
Stress et sommeil, les prescriptions du Dr Valnet
D'ici ou d'ailleurs, les points qui guérissent