Cancers du sein : trop de biopsies !

Rubrique

Le dépistage systématique des cancers du sein est régulièrement remis en cause depuis quelques années déjà, même s’il est couramment pratiqué encore en France (et que les femmes, à partir de 50 ans, sont encouragées à le pratiquer régulièrement, à coup de messages souvent effrayants reçus à domicile…). Aujourd’hui, c’est un autre examen lié au cancer du sein qui est remis en cause : la biopsie à l’aiguille fine. Il s’agit, avec ces biopsies, d’analyser les récepteurs hormonaux des cancers du sein pour savoir si un traitement hormonal mérite d’être mis en place pour limiter les récidives. Or, des spécialistes de la John Hopkins Medicine, aux États-Unis, ont décidé de cesser cette pratique qu’ils trouvent coûteuse et inutile.

Ils avancent des arguments pour cela :
— Quels que soient les résultats des tests, le tissu mammaire suspect est enlevé.
— Il faut re tester en cas de test montrant un cancer non invasif, car dans 20 % des cas, il n’est pas seul et s’accompagne de cancer invasif.
— Par ailleurs, même quand les tests montrent finalement un cancer non invasif, une analyse des tissus retirés a lieu après l’intervention chirurgicale.
— Même si le Tamoxifène (traitement hormonal mis en place pour agir sur les récepteurs hormonaux) diminue légèrement le risque de récidive, les études antérieures montrent que cette thérapie n’a finalement aucun effet sur la survie de la patiente (ou du patient car les hommes aussi peuvent avoir des cancers du sein) et les effets secondaires indésirables en limitent l’intérêt.

Retour au sommaire de Rebelle-Santé n° 189

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les remèdes homéopathiques qui guérissent
Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Ma Bible des aliments remèdes
Les savoureuses recettes d'Anaïs Dufourneau