Ces ondes qui nous polluent la vie

Rubrique

Elles sont partout et nous entourent sans que nous puissions les repérer. À la maison, au bureau ou à l’extérieur, ces ondes forment ce qu’on appelle désormais un « brouillard électromagnétique » qui agit au long cours sur notre santé. Certaines précautions sont de notre ressort, d’autres relèvent de décisions de santé publique.

Les pollutions invisibles sont parfois les plus difficiles à combattre. Les ondes électromagnétiques font partie de cette famille de nuisances peu connues, peu reconnues et pourtant bien actives.

PERTUBATIONS BIOLOGIQUES INCONTESTABLES
Les champs électromagnétiques interagissent avec le corps humain car nos cellules elles-mêmes génèrent des champs électriques et magnétiques de très faibles amplitudes et facilement perturbables.
Ces perturbations répétées ont même donné naissance à une nouvelle maladie : l’électro hypersensibilité. Et on estime aujourd’hui que 3 à 6 % de la population sont concernés par ce syndrome.
L’AFSSET (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) confirme l’existence d’effets négatifs de la pollution électromagnétique sur les cellules humaines, mais reste prudente quant aux conclusions à tirer. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) reconnaît désormais qu’une exposition fréquente aux ondes électromagnétiques peut induire des maux de tête, des troubles de la concentration et du sommeil, des nausées, et qu’une exposition au-delà des normes est classée « cause probable de cancer chez l’homme », niveau 3.

À LA MAISON
Les sources de rayonnement électromagnétique ne manquent pas dans nos intérieurs.
En règle générale, il faut éviter d’être près de la source de rayonnement ou d’y être exposé longtemps, même pour des rayonnements faibles.
La liaison Internet Wifi n’a rien de bon dans un lieu de vie, car elle fonctionne en permanence et sa fréquence, environ 2,4 GHz, est la même que celle d’un four à micro-ondes !
Une alternative consiste à utiliser la technologie CPL (Courant Porteur de Ligne) qui fait transiter la ligne Internet sur les prises de courant, mais il semble que le remède soit pire que le mal.

LES PORTABLES
Ils sont générateurs d’hyperfréquences et traversent donc le corps humain. Collés à l’oreille, ils affectent en premier la peau et le liquide céphalorachidien. Des études suédoises montrent que l’usage d’un portable pendant 10 ans, multiplie par 2 le risque de développer une tumeur cérébrale maligne - le gliome. On retiendra que l’usage du portable en dessous de 15 ans est une hérésie et que, pour chacun, le temps d’utilisation doit être sérieusement limité.

LES ÉMETTEURS
Enfin la 2e conséquence néfaste des téléphones mobiles réside dans le maillage du territoire national par les antennes relais. Les nuisances de ces émetteurs agissent de deux façons.
Par rayonnement direct, elles touchent les habitations à proximité des émetteurs.
De façon indirecte, leur mode d’action est plus complexe : elles créent un champ de torsion qui peut se propager sur plusieurs kilomètres si l’émetteur et son pylône sont situés sur une faille souterraine.
Les impacts sur la santé se déclinent dans le même registre que pour les hyper-fréquences domestiques, mais là, les nuisances sont beaucoup plus difficiles à faire admettre car les responsabilités impliquent les puissants opérateurs de téléphonie mobile…
Et comme dans l’univers des OGM, les instances officielles abritent des experts qui, par ailleurs, prennent la casquette de consultants ou de conseillers des grandes sociétés de télécommunication (sic !).

À LIRE :
L’habitat sain ? Risques liés aux pollutions électriques et magnétiques... Jean-Marie Danze, Pierre Le Ruz, Michel Bousquet & Benoît Louppe (disponible d'occasion seulement).

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de radiesthésie
Les secrets d'un jeûne réussi
Chimiofolies
Dépression. Le mensonge des antidépresseurs... et les vraies pistes de guérison