Cholestérol et triglycérides

Et si bouger pouvait les faire baisser ?

Graisses dans le sang et sport, quel rapport ? C’est simple : les "sportifs" ont un meilleur taux de cholestérol (et de triglycérides) que les autres. Et donc, un risque cardio-vasculaire bien moindre. Voici leurs secrets !

Même si le cholestérol n’est finalement pas la "bête noire menaçante" comme on l’a longtemps pensé, il reste un paramètre cardiaque important à suivre. Car si un "bon" taux (pas trop élevé) de "bon" cholestérol (HDL) est plutôt protecteur, au contraire un excès de "mauvaises" matières grasses (LDL + triglycérides) dans le sang "bouche" les artères. Avec le risque de mener à un infarctus ou autre accident cardiaque grave, ou à des problèmes de pancréas (triglycérides surtout). Si l’alimentation (excès de sucre et d’alcool surtout, et d’abus général, y compris de protéines et de gras) est directement liée à la quantité et à la qualité des graisses circulant dans le corps, l’activité physique est le second pilier pour parvenir à les contrôler.

Bouger est thérapeutique, quel que soit le cas de figure. Que l’excès de cholestérol ou de triglycérides soit dû à une mauvaise alimentation (à corriger évidemment), à une anomalie génétique ou encore à un stade de la vie – par exemple, la ménopause – dans quasi tous les cas, l’exercice fait "mieux", ou au moins aussi bien, que les médicaments dédiés. Et si un traitement s’avère indispensable, le mouvement renforce toujours son efficacité. Insérer davantage de mouvements dans votre vie portera forcément ses fruits, et rapidement en plus. C’est encore plus vrai si vous partez de "zéro", si vous êtes totalement sédentaire ou presque : l’activité physique, ne serait-ce que la marche, fera baisser spectaculairement vos taux de graisses dans le sang !

La question qui fait rage entre spécialistes : vaut-il mieux faire du sport plus longtemps ou plus intensément ? La réponse semble être : plus longtemps. Autrement dit, plus longtemps on bouge dans la journée ou la semaine, plus les lipides sanguins diminuent. Ainsi, en fonction de vos capacités, mieux vaut marcher 2 heures par jour que "courir" 15 minutes, mieux vaut courir "lentement" 1 heure que "vite" 20 minutes, etc. L’objectif est d’arriver, à votre rythme, à cocher ces deux cases : 2 heures d’activité modérée par jour + 1 à 2 séances de "vrai sport", un peu plus intensif, par semaine.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Découvrez nos livres santé

Autisme : un nouveau regard
Pourquoi personne ne nous le dit ?
Mon cahier de beauté naturelle
Les savoureuses d'Anaïs Dufourneau