Covid et chute de cheveux

Rubrique

Dans le magazine n° 239, nous lancions un appel à témoignages auprès des personnes qui ont eu le Covid-19 et la mauvaise surprise, 2 à 3 mois après s'en être remises, de commencer à perdre leurs cheveux...

Voici un témoignage encourageant.

"Mon mari a été testé positif au covid dès le 2 janvier 2021 (avec des signes de fatigue et digestifs plutôt discrets qui auraient pu passer inaperçus). Malgré un test antigénique (le 2 janvier) et 2 PCR (la semaine suivante), tous négatifs, j'ai passé 3 semaines à dormir 18 heures par jour, avec maux de tête (qui ont duré jusqu'en mai) et douleurs musculaires généralisées. L'élément déclencheur a été une forte et unique diarrhée le 1er janvier. Le 21 février, après mon shampooing, une poignée de cheveux m'est restée dans les mains (cheveux châtains moyen fins et pas de cheveux blancs encore).

La chute a duré un mois, tout est tombé, comme après un traitement de chimiothérapie. Bilan sanguin complet tout à fait normal, aucun souci de santé autre qu'arthrose et ostéoporose. Des petits cheveux avaient déjà commencé à repousser et quelle surprise de constater une couleur noire, à 59 ans... J'avoue avoir pris grand soin de ma tête durant cette année, avec huile de ricin principalement, huile d'argan, shampooings doux, pas de sèche-cheveux jusqu'en septembre. Mon médecin m'avait prescrit le complément alimentaire Lobamine Cystéine, du laboratoire Pierre Fabre. Pour garder de beaux cheveux, j'ai pris l'initiative de poursuivre le traitement 7 mois car en juillet dernier, j'ai eu une intervention chirurgicale (réparation de descellement de prothèse de hanche) et je reprends en novembre pour 2 à 3 mois car début décembre, il est prévu une autre opération (prothèse de hanche de l'autre côté). J'utilise le shampooing Forcapil du laboratoire Arkopharma conseillé par la pharmacie. 2 à 3 fois par jour, puis par semaine, j'ai utilisé, en massage du cuir chevelu, matin et soir de l'huile essentielle de romarin cinéole (2 gouttes dans de l'huile de ricin et d'argan), ceci pendant 4 mois. J'ai ajouté 2 gouttes d'huile essentielle d'ylang-ylang dans le shampooing (2 fois par semaine, pendant 5 mois). La coiffeuse a été étonnée de constater la pousse depuis le 11 septembre. Par coquetterie, et ne supportant pas mes cheveux noirs, j'ai refait des mèches. À ce jour, je n'utilise plus d'huile essentielle, je continue 2 fois par semaine à laisser poser de l'huile de ricin pendant une heure minimum avant le shampooing, et je profite au maximum du soleil de ces belles journées d'automne. Bravo pour votre revue, c'est un régal chaque mois à découvrir son contenu."

Mme C. de Maine-et-Loire

D'autres lectrices nous ont écrit : pour certaines, malgré différents traitements testés (shampooings, lotions, argent colloïdal, piqûres de Bépanthène et Biotine, levure de bière, compléments vitaminiques...), le cuir chevelu reste clairsemé. Mme P. de Haute-Saône a choisi une coupe de cheveux qui "cache la misère" et "advienne que pourra". Mme B. des Hautes-Alpes attend la suite et pense que cet épisode n'est qu'un de plus parmi tous les épisodes sensibles et visibles du post-covid qu'elle a pu vivre.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Découvrez nos livres santé

Les massages aux huiles essentielles
Mon herbier de feuilles de parcs
Les Menus et les recettes qui guérissent
Mon cahier de Baumes aux huiles essentielles