Enregistrer

Des coquelicots, encore...

La fin d’année 2018 a été marquée, en France, par de nombreux mouvements de contestation… On peut déplorer la violence et ce qui s’est parfois déroulé aux abords ou lors de ces manifestations de colère : la destruction gratuite, le pillage ou les propos racistes… Mais, que l’on ait revêtu ou non un gilet fluo pour passer les réveillons, il faut bien reconnaître que celles et ceux qui ont décidé de bloquer les ronds-points ou de masquer les radars avaient en commun de ne plus supporter de se sentir méprisé.es.
Nous sommes tous conscients que la transition écologique mérite des efforts collectifs et que, si nous ne prenons pas rapidement des mesures pour sauver la planète, nous sombrerons bien avant elle, chutant du haut de notre arrogance d’humains.
Et je reste persuadée que nous ne pouvons changer le monde qu’en associant nos volontés, nos énergies et nos actes et que, plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chances d’y parvenir.

Mais nous demander de faire des efforts quand on sait que des multinationales se permettent de mettre notre santé en danger en bénéficiant d’une totale impunité, pire, en faisant payer à chacune et chacun d’entre nous les dégâts qu’elles peuvent causer, sans scrupules, pour leurs seuls profits financiers… Il y a de quoi être en colère. La nouvelle « affaire » de la Dépakine, après celle du Médiator, du Lévothyrox, etc., le prouve une fois de plus. Une multinationale s’enrichit en vendant un médicament sans tenir compte des effets secondaires alors qu’elle les connaît, gâchant ainsi des vies par milliers et, lorsque la vérité éclate et que leurs victimes apparaissent, non seulement la multinationale coupable n’est pas mise en cause, mais c’est à la collectivité de « payer ». L’injustice est manifeste et inacceptable. Je vous invite à lire, à ce sujet, l’interview de Cyril Pocréaux.

Alors oui, nous avons le droit de dire notre désaccord, notre colère, mais que cela ne nous empêche pas de continuer à nous impliquer à titre individuel et collectif pour faire entendre notre voix et nos vœux (c’est la saison !). Ce numéro est donc fleuri ! Nous y mettons à l’honneur les coquelicots, encore une fois, et aussi longtemps qu’il le faudra.

Allez faire le quiz en p. 112…du magazine et lisez les réponses, elles sont éloquentes et nous disent à quel point il est urgent que nous agissions.
Je vous souhaite une année 2019 fleurie en toutes saisons, et surtout une belle santé !

PS : Je profite de ce numéro pour remercier toutes les lectrices et lecteurs qui nous disent leur bonheur de lire le magazine chaque mois, qui font connaître Rebelle-Santé autour d’eux, qui offrent des abonnements à leurs ami.es… Ils nous donnent l’énergie de garder le cap dans la tempête que la presse traverse.

Un grand MERCI.

Retour au sommaire

Enregistrer

Partager

 

À chaque parution...

Enregistrer

Enregistrer

Participer au forum...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre...

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer