Du sucre

... pour mes cosmétiques

On l'utilise avec parcimonie en cuisine, si on fait attention à sa ligne ou qu'on veuille garder une alimentation santé. Mais dans les recettes de cosmétiques maison, on peut l'ajouter généreusement ! Car le sucre a plus d'une ressource dans son petit grain…

S'il peut provenir de l'érable, du palmier-dattier, de l'ananas, du raisin et de bien d'autres végétaux, le sucre le plus courant provient plutôt de la betterave de nos campagnes ou de la canne à sucre de nos îles. Il est extrait à partir de leur jus, qui est purifié, concentré puis cristallisé.

Le processus d'obtention consiste essentiellement à éliminer toutes les matières organiques des plantes pour ne garder que leur saccharose naturel. Le sucre de betterave est naturellement blanc alors que celui de canne garde, s'il n'est pas raffiné, sa couleur de caramel qui lui donne aussi le nom de sucre roux.

Les deux peuvent rendre bien des services en cosmétique, et selon les préparations, on les choisira en fonction de leur origine (ils n'ont pas tout à fait les mêmes propriétés) et de la grosseur de leurs grains : les plus fins pour qu'ils se fondent bien dans la texture sans y apporter de rugosité, les plus gros pour tous les gommages et exfoliants. Et évidemment, on les préférera toujours de qualité biologique, la peau n'ayant pas besoin (comme d'ailleurs l'ensemble de notre organisme) des résidus de pesticides éventuellement utilisés pour la culture des plantes.

Pourquoi je l'utilise

Quand ils sont transformés par l'industrie cosmétique, les sucres, et particulièrement les sucres complexes, deviennent des actifs de choix : hydratants, apaisants, adoucissants, humectants, repulpants…

Plus simple, celui de la cuisine donnera de la consistance aux soins maison, une douceur sucrée appréciable par exemple dans les baumes pour les lèvres, et sera la base précieuse de nombreux gommages, particulièrement s'il provient de la canne à sucre : d'abord, ses grains exfolient la peau grâce au frottement mécanique, puis en fondant, libèrent un peu de leur acide glycolique, ingrédient utilisé fréquemment dans les peelings rajeunissants.

Pas d'autre dimension de soin, en revanche : la teneur en minéraux et oligo-éléments du sucre est infime et absolument pas suffisante pour qu'ils aient une quelconque action significative.

Comment je l'utilise

Il se mélange facilement aux ingrédients secs, fond dans l'eau et les huiles, ce qui fait qu'il peut potentiellement être intégré dans tous les types de préparations, à froid ou à chaud.

Il a de plus l'avantage de se conserver très longtemps, sans rien perdre de ses qualités, pour peu qu'il soit gardé dans un contenant fermé, bien à l'abri de l'humidité.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent
Les huiles essentielles qui guérissent
Mon cahier de Lithothérapie pour soigner les enfants avec les pierres
Et si vous manquiez de vitamine D ?