Épreuve d’effort (EE)

Rubrique

Pour en connaître davantage sur votre cœur…

MISE EN CONDITIONS
Difficile d’apprécier les capacités réelles d’un cœur lorsqu’il est au repos, en clair, en l’absence d’effort. Car une atteinte cardiaque, même sévère, peut très bien ne s’accompagner d’aucune modification de l’électrocardiogramme de repos.

INDICATIONS
L’EE est prescrite dans le bilan de douleurs thoraciques atypiques (« précordialgies ») laissant craindre une possible origine coronarienne, ou encore afin d’apprécier les capacités cardiaques à l’effort. Une EE peut être requise dans les suites d’un pontage coronarien afin d’évaluer la qualité de la vascularisation ou à distance d’un infarctus afin d’apprécier les possibilités de rééducation cardio-vasculaire. Enfin, l’EE est fréquemment pratiquée chez le sportif de haut niveau.

VÉLO LE PLUS SOUVENT
L’EE s’effectue sur une sorte de vélo d’appartement appelé « bicyclette ergométrique » (ou cyclo-ergomètre), muni d’un système de réglage de la charge (exprimée en watt), un frein en somme.

LES CRITÈRES D’EFFICACITÉ
La charge proposée par le praticien n’est pas choisie au hasard. Elle doit être suffisante pour montrer des anomalies électriques cardiaques, sans être excessive toutefois. L’augmentation successive de la charge, effectuée toutes les 3 minutes à raison de 30 watts supplémentaires, dépend essentiellement de la capacité du cœur à maintenir l’effort de pédalage.

EFFETS SECONDAIRES
L’EE ne s’accompagne d’aucun effet secondaire. En réalité, le seul « effet secondaire » redouté s’avère être… l’accident cardiaque (infarctus, mort subite…) ! En effet, plus la charge de pédalage augmente, plus la sollicitation cardiaque s’accroît, d’où un risque lorsque l’effort dépasse les capacités cardiaques et ce d’autant plus que l’intensité de l’effort est inhabituelle et le cœur, sédentaire.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Cuisiner autrement en hiver
Le jeûne : mode d’emploi
Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?