Et si son trouble du comportement était un problème de thyroïde ?

Nos animaux ne sont pas à l’abri d’un dysfonctionnement de cette petite glande. Mais comme les troubles qui en découlent peuvent être comportementaux, le risque de voir votre relation s’envenimer est réel…

Parfois, elle tourne au ralenti et ne sécrète pas assez d’hormones : c’est une hypothyroïdie, qui se rencontre davantage chez le chien adulte. Parfois au contraire, elle travaille trop et sécrète plus d’hormones qu’il ne faudrait : c’est une hyperthyroïdie, plus souvent rencontrée chez le chat âgé.

GARE AU VIEUX CHAT SUREXCITÉ !
L’erreur à ne pas faire : habituellement, un chat âgé a tendance à devenir plus pépère et à prendre un peu d’embonpoint s’il est moins actif. Ne vous réjouissez donc pas trop vite si vous trouvez que le vôtre retrouve une taille de guêpe et redevient un peu fou fou.
Le bon réflexe : s’il maigrit et qu’il est surexcité (ou irritable), a fortiori si cela correspond à un vrai changement de caractère chez lui, pensez à une hyperthyroïdie.
Les solutions : à ce stade, le traitement classique repose sur les médicaments antithyroïdiens de synthèse. Normalement, il faut traiter à vie, mais lorsque le propriétaire est du genre distrait ou que le chat doit arrêter ces médicaments (en raison d’une insuffisance rénale associée par exemple), le vétérinaire peut proposer une thyroïdectomie. Cela consiste à retirer la glande thyroïdienne au cours d’une intervention chirurgicale et à donner un traitement à vie   Il existe une dernière alternative, enfin : l’iode radioactif pour détruire la tumeur de la glande à l’origine de l’excès de production hormonale.

PAS DE CONCLUSION HÂTIVE CHEZ LE CHIEN DE PLUS EN PLUS CAPRICIEUX !
L’erreur à ne pas faire : Quand un chien devient insupportable, le premier réflexe est de se demander s’il n’a pas reçu une éducation trop laxiste. Pour autant, certains chiens deviennent irritables parce qu’ils sont fatigués, anxieux et/ou mal dans leur peau. D’ailleurs, si on prend la peine de faire le tour de ce qui ne va pas, on trouve toute une liste de problèmes : appétit perturbé, vol de nourriture, surpoids et surtout, poil terne, mue permanente, dépilation, infections cutanées à répétition…
Le bon réflexe : Un trouble du comportement associé à des troubles cutanés, surtout s’ils apparaissent chez un chien sans souci jusque-là, mérite un avis vétérinaire.
Les solutions : En cas de test, la prise d’hormone thyroïdienne se fait tous les jours, pendant 2 à 4 semaines. Si une nette amélioration est notée, c’est que le diagnostic était sans doute le bon et le traitement est poursuivi : le médicament administré pour pallier l’insuffisance hormonale est le même que chez l’humain, mais à des posologies bien plus importantes.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les compléments alimentaires qui guérissent
Mon cahier de gemmothérapie
D'ici et d'ailleurs les aliments qui guérissent
Les massages aux huiles essentielles qui guérissent