Hecho en Buenos Aires (ce qui se fait à Buenos Aires)

Rubrique

C’est en 2000 que Patricia Merkin, après avoir découvert et été séduite par la revue londonienne The Big Issue*, décide de se lancer dans le développement d’un projet similaire à Buenos Aires et crée Hecho en Bs.As.

Par Adèle Pautrat

UN JOURNAL DE RÉINSERTION QUI MARCHE !
Membre de la longue liste des revues de l’INSP (l’International Network of Street Papers – regroupant plus de 100 journaux vendus dans les rues par des personnes en difficulté dans 40 pays différents**) Hecho en Bs.As. (HBA) travaille quotidiennement à la réinsertion professionnelle et sociale des personnes sans abris et/ou sans emploi de la capitale, en leur confiant la vente de sa revue culturelle mensuelle. Le principe est simple, et sa viabilité capitale pour les quelque 100 vendeurs qui travaillent régulièrement avec Hecho. Ils atterrissent souvent dans les locaux de l’entreprise grâce au bouche à oreille, à des compagnons de rue ou des amis qui les ont convaincus des bénéfices que peut leur apporter cette activité. Certains restent quelques mois, d’autres plusieurs années ; beaucoup, même après avoir trouvé un nouveau travail, continuent de venir récupérer des revues et d’aller les vendre dans la rue. Parce qu’en plus d’arrondir leurs fins de mois et de leur permettre de se lancer dans de nouveaux projets de vie (la construction d’une maison par exemple), participer à ce projet leur donne accès à un réel soutien social et leur apporte une importante satisfaction personnelle, un sentiment de fierté et de reconnaissance qui leur permet de retrouver un peu d’espoir et de motivation.

RETROUVER CONFIANCE
Chaque mois, dans sa section Prensa del Asfalto (Chronique du Bitume), HBA donne la parole aux vendeurs pour qu’ils y racontent leur parcours personnel. C’est l’occasion pour eux de se confier sur leur expérience, leurs sentiments à l’encontre de ce projet et de l’équipe qui les accompagne. La plupart d’entre eux livrent des témoignages touchants et sont unanimes sur un point : vendre cette revue leur permet de développer des relations privilégiées avec les gens croisés dans la rue et, par là, de modifier l’image qu’ils ont eux d’eux-mêmes, de retrouver confiance en eux et confiance en les autres.

« HBA, c’est une activité professionnelle, mais aussi l’assurance d’avancer dans la vie. C’est ce qui me permet jour après jour de me reconnecter avec les gens et de créer de nouvelles amitiés » confie Damián.

Les porteños (habitants de Buenos Aires) connaissent bien la revue et  l’apprécient ; ils ne se contentent pas de l’acheter à la sauvette pour se donner bonne conscience, mais s’intéressent au projet, s’intéressent aux vendeurs, les félicitent, les encouragent et les soutiennent. Ce rapport particulier avec leurs clients est très gratifiant pour les vendeurs d’HBA. Il est surtout essentiel à leur réintégration sociale. Ne pas baisser les bras : voilà ce que traduit pour beaucoup d’entre eux cette activité de vendeur.

ET ÇA MARCHE !
Patricia Merkin est une entrepreneure sociale déterminée à influer sur les problèmes extrêmes de pauvreté, d’exclusion et d’inégalités sociales à Buenos Aires et dans sa province. Après 15 ans de combat, son engagement a jusque-là été couronné de succès. Véritable pilier du paysage associatif local, Hecho en Bs.As. jouit d’une importante légitimation à Buenos Aires, y compris auprès des pouvoirs publics.

« Journalisme, art et culture en faveur du changement social » : la devise de l’association résume très bien le fond et l’importance de la mission qu’elle s’est donnée : une mission qui soutient et met en avant la force de l’alternatif, la force de l’engagement et de l’union des citoyens. Elle veut prouver que l’information positive, le dialogue interculturel, la solidarité intersectorielle sont des moyens réels de faire avancer les choses et de nous faire prendre conscience à tous que nous avons notre part à jouer dans cette évolution.

Si vous avez dans l’idée de visiter Buenos Aires dans un futur plus ou moins proche, allez donc à la rencontre de cette fabuleuse équipe déterminée à croire en un avenir qui aura plus de sens que ce que l’on veut nous faire croire. Ils vous accueilleront avec des sourires, de la musique, du maté et de la buena onda (l’ambiance) typiquement porteña, vous proposeront des produits locaux absolument délicieux et vous parleront bien mieux que moi du Buenos Aires alternatif, celui qu’il faut découvrir et soutenir.
Puis si l’envie vous prend de les soutenir de loin, Hecho en Bs.As. lance régulièrement des campagnes de financement participatif relayé sur son compte facebook !

CONTACTS :
Site de l’asso :
hechoenbsas.net
Facebook d’HBA : Hecho en Bs.As.
Pour leur écrire ou leur rendre visite : HBA, Avenida San Juan 21, 2° piso, 1064, Capital Federal de Buenos Aires, Argentine.
Pour les contacter par mail : pmerkin@hechoenbsas.com (sachant que Patricia Merkin parle français)

NOTES :
*Hebdomadaire « de rue » très apprécié en Grande-Bretagne, tirant à 300 000 exemplaires.
** En France, les journaux de rue n’ont pas réussi à séduire un lectorat, leur qualité rédactionnelle est avancée pour expliquer cet échec.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Cuisiner autrement en hiver
Le jeûne : mode d’emploi
Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?