Hommes de la terre et du ciel

Rubrique

Ce que l’on sait des choses voile leur réalité. Éternellement remis en cause, le propos du bonheur est une actualité à jamais questionnée. Restent les chevaliers de l’âme, les combattants du coeur qui traversent le temps avec la grâce unique des éclaireurs. Mais qui les voit, qui les entend ? Peut-être nous, pour une fois.

Le poète est un rêveur éveillé à la réalité. Contrairement à ses semblables, il en est différent par son aptitude à la fraîcheur d’être qui fait de lui un enfant pour la vie. Et tandis que les autres voient leurs jours diminuer en intensité, le poète quant à lui grandit sans jamais se flétrir. La recherche d’un bonheur qui viendrait de l’extérieur rend maladroite et instable la quête de la vie heureuse. Tremper son regard dans un nuage et quitter l’instant pour une éternité...

Glisser ses pas sur les rayons d’un parapluie de soleil pour s’en faire une échelle qui monte vers le ciel... Boire des gouttes de brume et s’enivrer du mystère de la pluie qui s’écoule... Dire les choses que l’on n’a pas encore pensées pour ne pas abîmer les mots, pour ne pas violenter les idées... « Est-ce ainsi que les hommes vivent » ? Certes non, les hommes veulent du tangible, de la consommation et du profit. Alors pourquoi nous étonner de la rareté de la beauté et de la grâce dans le cours de nos vies ?

LA FOLLE ALLURE DU POÈTE
Le temps qu’il fait pour celui qui vit hors de sa mesure est toujours rendu au beau fixe par la finesse de la description qu’il en donne. Si le poète parle de ses peines, elles tintent comme un cliquetis de perles de joie aux oreilles qui savent l’écouter. Et quand il évoque son bonheur, il fait apparaître le monde aux merveilles dont nous rêvons. Le poète marche à folle allure dans sa tête en prenant soin de ne pas écraser sous ses pieds, les frêles fleurs d’espoir que nous avons semées. Et voici que sortant de la plume inculte qui ose parler de lui, le poète dresse son corps d’image sur la page d’écriture.
Christian Bobin est un prédicateur, un enfant, un vieux sage. Il est celui par qui la confusion des choses se laisse volontiers emporter sur le courant d’ailes des anges.

PRATIQUE
Méditer la pleine conscience
Là où vous êtes, arrêtez-vous pour prendre conscience de votre positionnement dans l’espace. Ne changez rien à votre attitude, juste remarquez-la. Si vous êtes assis, sentez le siège sous votre corps, vos pieds posés sur le sol, etc. Comment vous sentez-vous à l’instant ? Prenez conscience que là, tout de suite, maintenant, la vie est en vous et que l’espace de cet instant présent est le plus précieux parce que tout simplement il existe et que vous vous en rendez compte. Sentez votre souffle passer dans vos narines et s’infiltrer dans toutes les parties de votre corps, prenez conscience de toutes les sensations physiques qui accompagnent le va-et-vient de votre respiration. Observez le flux des pensées qui tente de vous éloigner de votre réflexion présente et ramenez votre esprit à son observation de l’instant. Connectez-vous à l’expérience du maintenant, et c’est tout.

À LIRE :
L’homme joie, de Christian Bobin, aux éditions L’Iconoclaste.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier pour aller jeûner
Mon cahier d’Homéopathie personnalisée
Mon cahier de bien-être aux 4 saisons
Les aliments qui guérissent (Poche)