Huiles essentielles et hydrolats : merci les plantes !

Rubrique

Très en vogue depuis quelques années, les huiles essentielles et les eaux florales issues de la distillation de plantes ne cessent de faire parler d’elles. Dans le Forez, un passionné s’est lancé dans l’aventure, et à Poitiers, une aromathérapeute les a fait rentrer à l’hôpital…

C’est à 900 mètres d’altitude, dans la belle région du Forez, entre Clermont-Ferrand et Saint-Étienne, que Joël Ruiz a décidé d’implanter sa distillerie ultra-moderne et écologique, en 1999.
« Je voulais utiliser la flore locale pour produire des huiles essentielles et surtout, valoriser les déchets forestiers, nombreux dans cette région », explique-t-il. Quinze ans plus tard, le pari est réussi. Cueillette de plantes sauvages qui abondent dans la nature environnante et culture d’autres aromatiques pour alimenter les deux alambics de son entreprise : Abiessence (1) distille toute l’année. « La principale production, 10 mois par an, est issue des branches de résineux – pins, sapins, mélèzes, douglas et épicéa qui donneront de l’huile essentielle et de l’hydrolat. »

(1) Du latin "abies" : sapin

HYDROLAT ?
« C’est l’eau distillée qui se sépare de l’huile essentielle à la sortie de l’alambic, précise le distillateur. La vapeur d’eau recondensée est plus ou moins aromatisée selon les plantes utilisées. Les hydrolats contiennent les composants des huiles essentielles. Les eaux florales, telles que la camomille, le bleuet ou encore la reine-des-prés, le sureau et le cassis, sont issues de plantes ne produisant pas d’huile. Elles contiennent entre 2 et 5 % de particules aromatiques et des informations vibratoires de la plante traversée. »
À Saint-Étienne, un médecin généraliste prescrit des hydrolats à ses patients depuis des années ! Quant aux eaux florales, longtemps inemployées, elles ont trouvé leur utilité grâce aux produits biologiques. Utilisées dans tous les cosmétiques, mais aussi en cuisine où, d’un coup de pschitt, elles apportent leurs arômes et leurs qualités thérapeutiques digestives et antiseptiques.

À POITIERS LES HUILES ESSENTIELLES ENTRENT À L'HÔPITAL
Alexia Blondel, une aromathérapeute convaincue de la complémentarité des deux mondes, anime des ateliers depuis bientôt 4 ans au Pôle régional de cancérologie du CHU. Elle forme le personnel de santé aux bienfaits de ces petites fioles odorantes et son « chariot olfactif » sillonne désormais les couloirs de l’hôpital.

À LIRE :
Guide des Eaux Florales - Hydrolats et La passion des Huiles Essentielles et Eaux Florales, de Joël Ruiz et Christophe Drezet - Éditions Aromarêve – 5 € et 15 €
Hydrolathérapie, guérir avec les eaux subtiles des plantes, de Lydia Bosson - Éditions Amyris – 27 €

CONTACTS
Distillerie Abiessence – Montgenest – 42600 – Verrières-en-Forez – Tél : 04 77 76 58 85 - Courriel : contact@abiessence.com

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les plantes qui guérissent (Poche)
Mon cahier de sorcière pour devenir immortel.le
L'alimentation santé : les recettes!
Dépression. Le mensonge des antidépresseurs... et les vraies pistes de guérison