Hydratation

C'est l'une des revendications les plus fréquentes en cosmétique, et aussi un besoin essentiel de la peau. Mais on peut l'hydrater de bien des manières, car, non, notre peau ne boit pas que de l'eau !

S'il est un facteur essentiel à la bonne santé de la peau et à sa beauté, c'est bien son hydratation. Et tout déséquilibre à ce niveau entraîne systématiquement inconforts, défauts esthétiques, voire maladies cutanées, le tout plus ou moins handicapant. Mais le processus de l'hydratation de la peau est complexe, et les sources de déséquilibres diverses.
Hydratation et eau sont fortement liées, mais les rapports qu'entretiennent l'eau et la peau ne sont pas toujours fluides.
D'abord, l'hydratation du stratum corneum (la couche la plus superficielle de l'épiderme) n'est pas uniforme sur toute son épaisseur :

> En surface, la concentration en eau (principalement sous forme liée et comme « piégée ») est d'environ 25 %
> Plus en profondeur, elle est d'environ 70 % et se présente en grande partie sous forme libre, ce qui permet des échanges avec les couches inférieures de la peau.

De plus, l'épiderme n'étant pas vascularisé, la répartition de l'eau n'y est pas constante.

Pertes et éliminations

Et puis, on perd quotidiennement de l'eau, notamment par la peau, et de deux façons :
> La perspiration : c'est une évaporation directe en surface, appelée perte insensible en eau. Pour être insensible, elle n'en est pas moins importante : on estime qu'on perd ainsi environ 500 ml d'eau par jour, quelles que soient les conditions extérieures.
> La sudation : consécutive à une exposition à la chaleur ou lors d'un effort physique, elle est liée à la dilatation des pores de la peau et à l'activité des glandes sudoripares. Et voilà encore de l'eau qui s'enfuit.

Pièges à eau

La peau pourtant sait se défendre et régule son hydratation par le biais de trois mécanismes naturels.
> La réserve. L'eau est stockée par nos GlycoAminoGlycanes (GAGs), des sortes d'« éponges » qui constituent une véritable réserve hydrique, responsable du volume et de la densité du derme. Selon les besoins, ces GAGs libèrent l'eau pour la distribuer à toutes les couches de la peau.
> La diffusion. L'eau de notre peau se déplace entre les différentes couches, suivant un processus équilibré pour que toutes les structures cutanées soient hydratées de façon optimale.
Mais avec le temps, ces beaux mécanismes se dérèglent, et la peau, peu à peu, se déshydrate et devient, selon les cas, sèche, craquelée, desquamative (elle « pèle »), irritable, blanchâtre, inconfortable…
> La rétention. La couche cornée (la partie supérieure de l'épiderme) est une véritable barrière de protection anti-déshydratation. Ses kératinocytes, reliées par des lipides polaires, bloquent le flux d'eau qui remonte jusqu'à la surface, ce qui limite son évaporation.

Les bouées cosmétiques

C'est là que la cosmétique entre dans le bain, apportant ses secours hydratants… qui ne sont pas de l'eau !
Il existe en fait plusieurs catégories d’ingrédients qui permettent de maintenir l’hydratation :

> Les agents humectants qui retiennent l’eau grâce à leur pouvoir hygroscopique (ayant une forte affinité pour l’eau). Parmi les humectants, on trouve notamment l’urée (Urea), les acides aminés, le lactate de sodium (Sodium lactate), le glycérol (Glycerin), le propylène de glycol (Propylene glycol), les PEG, le Sorbitol.

> Les agents filmogènes, substances formant avec l’eau des hydrogels semi-perméables, moins efficaces dans le temps que les agents occlusifs, mais plus acceptables, car ils laissent « respirer » la peau. Parmi les agents filmogènes, on trouve notamment le collagène, l’élastine, l’ADN, la pectine, la gélatine, le chitosan, les glycosaminoglycanes (comme l’acide hyaluronique).

> Les agents occlusifs qui forment un film imperméable à la surface de la peau. Parmi les agents occlusifs, on trouve notamment la vaseline, la paraffine, l'huile d’amande douce (Prunus amygdalus dulcis oil), l'huile de germe de blé, le beurre de karité (Butyrospermum parkii butter), la cire d’abeille (Cera alba).

> Les agents lyotropes qui peuvent retenir l’eau grâce à leur caractère amphiphile : ces molécules possèdent à la fois une partie hydrophile (qui a de l'affinité pour l'eau) et une partie hydrophobe (qui n'a pas d'affinité pour l'eau). Parmi les agents lyotropes, on trouve notamment la lanoline et ses dérivés, les céramides, les AGE (acides gras essentiels).

Tout ce qu'il faut pour que la peau reste bien hydratée, douce et souple !

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de Baumes aux huiles essentielles
Ma Bible des aliments remèdes
Mon cahier de recettes d'anniversaire pour petits poly-allergiques
Mon cahier des Fleurs de Bach