Au verger, délogez les intrus avant le printemps !

Rubrique

Pourquoi prendre le risque de laisser quelques insectes et champignons perturber le départ en végétation du verger ?

LES MESURES « CULTURALES » ESSENTIELLES :
- La taille de nettoyage appliquée à toutes les espèces fruitières. Elle supprime les rameaux qui dépérissent et ceux qui présentent des formes d’attaques ou des formes d’hibernation de parasites : pustules de tavelure, traces d’oïdium, chancre, fruits momifiés, pontes ou cocon de lépidoptères, nids de chenilles…
- Le brossage des écorces pour les débarrasser des lichens et mousses qui peuvent abriter des indésirables ; bien entendu, s’il y a du gui, aucune hésitation ; ce parasite entraîne un affaiblissement et la mort de l’arbre puisqu’il détourne la sève ; il en va de même pour les cochenilles.
- La désinfection passe par le brûlage de tout organe suspecté d’être porteur d’inoculum fongique (tavelure) ou bactérien (chancre), ou encore de formes hivernantes d’insectes (pontes le plus souvent).
- Pour les feuilles, si le verger présentait l’an dernier un bon équilibre parasitaire*, inutile de déclencher des opérations de grande envergure ; quelques précautions suffiront : épandez un peu de lait de chaux sur le tapis de feuilles, remuez-les pour aérer la masse et broyez-les en passant la tondeuse.
Ensuite, pulvérisez un jour de beau temps une décoction de prêle et de feuilles de noyer ou du purin d’ail.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier d'homéopathie
Mon cahier de radiesthésie
Ma bible de la phytothérapie
Infections respiratoires, les prescriptions du Dr Valnet