Et si c'était une tendinite ?

Rubrique

Randonnée en montagne, longue promenade au bord de l’eau, baignade, ou tout simplement jardinage ou bricolage, nombreuses sont les raisons de souffrir d’une tendinite. Bénigne le plus souvent, cette inflammation peut toutefois gâcher vos vacances. Gros plan sur les moyens de l’éviter.

Difficile de parler de tendinite sans évoquer le tendon, ce tissu fibreux très résistant unissant le muscle à l’os. Tous les muscles ou presque bénéficient de tendons.
Les plus connus sont le tendon d’Achille (derrière la cheville), le tendon rotulien (sous la pointe de la rotule) ou encore le tendon du sus-épineux, responsable de douleurs bien connues de l’épaule. Bien que résistant, il n’en est pas moins fragile. Ainsi, un allongement au-delà de 4 % de sa longueur de repos provoque une détérioration de sa structure, susceptible de provoquer une tendinite. Au-delà de 10 %, c’est la rupture assurée.

La tendinite, c'est quoi ?

Littéralement, une tendinite désigne une inflammation du tendon, sorte d’irritation due la plupart du temps à des sollicitations en traction (tendinite d’Achille) ou à des frottements (épaule).
En réalité, ce sont plus souvent les gaines entourant les tendons, et qu’on appelle péritendons, qui sont touchées. Les médecins parlent donc plutôt de "tendinopathies". En effet, difficile à l’examen de déterminer s’il s’agit d’une tendinite vraie, par irritation du tendon, ou d’une " péritendinite ", lorsque c’est la gaine qui souffre. Qu’importe en définitive, puisque le traitement est le même.

La douleur, un signal d'alarme... à respecter !

La douleur n’est pas une cause de tendinite mais une conséquence ! C’est une sonnette d’alarme. Continuer le mouvement douloureux, en serrant les dents, c’est s’exposer aux graves séquelles de la tendinite que sont les ruptures tendineuses, sans parler de la tendinite chronique, autrement dit, des douleurs permanentes, même à distance de la tendinite aiguë.
Au tout début de la douleur, il n’y a pas encore d’inflammation à proprement parler, mais le tendon souffre. À ce stade, arrêter le mouvement douloureux pendant une quinzaine de jours est suffisant pour faire disparaître la douleur.

Aucune amélioration sans repos !

Difficile à avaler lorsqu’on se retrouve en pleines vacances sportives, mais le premier des traitements de la tendinite est… le repos sportif ! Au moins 15 jours, idéalement, 1 mois. Il faut mettre son tendon au repos, ne plus le solliciter par des efforts qui entretiennent l’inflammation. Il faut s’arrêter dès que la douleur apparaît. Si celle-ci ne cède pas malgré l’arrêt, il faut consulter un médecin, voire un kinésithérapeute. Enfin, on peut se faire infiltrer en dernier recours, mais gare à ce geste délicat qu’il ne faut pas trop multiplier, au risque de fragiliser le tendon.

Des précautions de base

La tendinite n’est jamais une fatalité. Elle révèle toujours une erreur (matériel inadapté, efforts trop brutaux, alimentation ou hydratation incorrectes…) qu’il s’agit d’identifier afin de la rectifier. Certaines précautions permettent, sinon d’éviter la tendinite, en tout cas de la rendre improbable.
Ainsi, couvrez-vous bien si vous devez faire une randonnée en montagne ou du VTT (particulièrement les articulations superficielles telles que les genoux et les chevilles), par temps froid.
Hydratez-vous correctement (la bonne hydratation, c’est quand les urines sont très claires), car la déshydratation favorise les tendinites.
Attention à certains antibiotiques, comme ceux de la famille des quinolones, qui favorisent les tendinites et surtout les ruptures tendineuses. Évitez enfin l’alimentation trop carnée (viande rouge) ou trop protéique (jambon, poisson, oeuf).

Échauffez-vous toujours avant

Quels que soient l’effort ou l’activité, surtout s’il s’agit de sport, s’échauffer et s’étirer permet aux muscles et aux tendons de se préparer. Ayez bien en tête qu’on ne se lance pas impunément à la conquête d’une montagne sans un entraînement minimum ! De nombreuses tendinites sont dues à des efforts brutaux ou intenses sur des tendons qui s’étaient habitués depuis longtemps à la télévision et à l’ascenseur ! Entraînez-vous avant pour dérouiller votre organisme et le réhabituer en douceur. Vos tendons vous en seront reconnaissants !

Traitements complémentaires

Si le repos demeure indispensable, certains traitements permettent de hâter la guérison :
► Cryothérapie
► Laser
► Exercices de kinésithérapie
► Mésothérapie
► Électrothérapie
► Massages transverses profonds
► Ultrasons
► Antalgiques et anti-inflammatoires
► Chaleur.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier d’Homéopathie personnalisée
Rhumatismes et autres maux articulaires
Poids : mode d'emploi
Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent