Sirop et autres petites recettes pour un hiver en bonne santé

À faire soi-même, bien sûr…
Rubrique

Du sirop à réaliser vous-même et à utiliser en cas de rhume, d’angine, de bronchite, de refroidissement ou de toux (aussi bien sèche que grasse)…

Sirop et autres petites recettes pour un hiver en bonne santé

- Bah dis donc, boubou, qu’est-ce que tu tousses !?
- …
- Qu’est-ce que tu dis ?
- Raaa, Môman, je tousse trop ! Dis, t’as pas un truc de vieille pour moi ?
- Gné ? Un truc de vieille ? Euh… ben je vois que tu tousses, mais que t’as pas perdu ta répartie, la vilaine !!!
Bon sang ne saurait mentir, hein ? Bon, j’vais fouiller dans mon grimoire de sorcière bien-aimée et je te sonne quand c’est prêt ! (pis en même temps, j’vais lui chercher une recette de petitefille-sympa-avec-sa-mère, ça peut pas lui faire de mal... Arf, que les enfants sont ingrats !)


Et puis, comme ça, tout le monde va en profiter. Finis les sirops beurk, pleins de cochonneries, trop chers et bons à rien. Je vais vous donner mes p’tits secrets pour passer l’hiver tranquille sans voir la bobine du médecin ! Même que ça marche tellement bien que la sécu m’a envoyé une lettre trouvant bizarre que mes enfants n’aient pas vu le médecin depuis un p’tit moment, c’est le monde à l’envers non ?

Sirop

En cas de rhume, d’angine, de bronchite, de refroidissement ou de toux (aussi bien sèche que grasse, il marche dans les 2 cas !)

Ingrédients pour 200 ml de sirop :

Toutes les plantes sont sèches

− 1 cuillerée à café (c. à c.) de thym
− 1 c. à c. de fleurs de lavande
− 2 c. à c. de fleurs de calendula
− 2 c. à c. de fleurs de camomille
− 2 c. à c. de fleurs de mauve
− ½ verre à moutarde de miel de lavande
− ½ verre à moutarde de miel de thym
− 1 gousse d’ail écrasé
− 250 ml d’eau minérale ou filtrée.

Marche à suivre

⇒ Dans 250 ml d’eau froide, mettre toutes les plantes, la gousse d’ail écrasée et laisser bouillir une dizaine de minutes.
⇒ Filtrer le tout, prendre un filtre à café pour éviter tous résidus.
⇒ Récupérer le « jus » ainsi obtenu et y faire fondre le miel, bien mélanger.
⇒ Mettre dans une petite bouteille stérilisée et poser le bouchon dessus en attendant le refroidissement du sirop.
⇒ Une fois froid, fermer hermétiquement et conserver au frigo.

On peut rajouter une vingtaine de gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse avant de le mettre au frigo, cela aura une action antibactérienne, anti-virale, anti-fongique et en plus un effet conservateur !

On peut choisir d’autres fleurs ou plantes, surtout si elles ont une action intéressante pour la toux ou le rhume, comme le romarin, la verveine ou le tilleul…

On peut aussi changer le miel, et préférer celui que l’on a sous la main (l’acacia est le plus fréquent). Vous pouvez aussi prendre du miel de romarin, de tilleul, de verveine : dans ce cas-là, diminuer la quantité de fleurs en vrac dudit miel.

Notez que, dans la recette, les fleurs qui ne demandent qu’une cuillerée à café sont celles contenues dans le miel : faites de même pour votre propre recette !

Dosages

Pour une toux ou un rhume débutant :
− 1 cuillerée à café matin ou soir pour les enfants
− 1 cuillerée à soupe matin ou soir pour les adultes (à partir de 10 ans).

Pour une toux ou un rhume installé :
− 1 cuillerée à café matin, midi et soir pour les enfants
− 1 cuillerée à soupe matin, midi et soir pour les adultes (à partir de 10 ans).

Dans les deux cas, cure de 10 jours au maximum. Stopper 1 semaine et recommencer si nécessaire, l’idéal étant d’avoir un soin en aromathérapie en parallèle.
Vous verrez, il est super bon, on ne sent pas trop l’ail et, même s’il y a beaucoup de miel, le goût n’a rien à voir avec du miel pur, et même ceux qui n’aiment pas le miel aiment le sirop ! Et puis, faites comme moi, je ne fais jamais deux fois le même, ça permet de changer un peu de saveur !

Petites recettes

Attention, pas d’huiles essentielles en dessous de 3 ans et pas non plus pour les femmes enceintes !

Petit rappel :
Décoction =
mettre les plantes dans l’eau froide et faire bouillir ensemble 10-15 mn, filtrer.
Infusion = faire frémir l’eau seule et, hors du feu, y mettre les plantes 5-10 mn, filtrer.

Prévention

⇒ 2 gtes d’HE de ravintsara + 1 c. à s. d’HV d’olive : mélanger et frictionner le dessous des pieds et l’intérieur des poignets (+ 2 gtes d’eucalyptus radiata pour les adultes) une quinzaine de jours par mois, plus en cas d’épidémie !
⇒ Tous les matins de l’hiver, sucrer son café, lait ou thé avec du miel. Miam !
⇒ Dès les premiers symptômes, 2 gtes d’HE de ravintsara + 1 c. à s. d’HV d’olive : mélanger et frictionner le dos et le thorax, matin et soir ( + 2 gtes d’HE de niaouli + 2 gtes d’HE de bois de rose pour les adultes).
⇒ Pour les tout-petits, bien dégager le nez en aspirant avec un mouche bébé.

Si c’est fait régulièrement, cela évite bien des désagréments ; ils n’aiment pas trop au début, mais se rendent vite compte que ça les soulage. J’ai toujours préféré ce système au nettoyage au sérum physiologique. Et mes filles aussi !

⇒ Verser 1 ou 2 gtes d’HE de ravintsara sur un mouchoir en tissu et respirer de temps en temps en cas d’épidémie. Pratique à l’école !
⇒ Nettoyer son nez avec un hydrolat ou de l’eau salée.
⇒ Prendre 5 gtes d’EPP dans 1 verre d’eau, 2 fois par jour.

Mal de gorge, rhume, refroidissement

⇒ Prendre 1 c. à c. de miel 2-3 fois par jour, et rajouter une dizaine de gouttes d’EPP.
⇒ 1 c. à s. de miel + 2 gtes d’HE de tea tree : garder un peu en bouche et avaler (pas très bon, mais efficace !).
⇒ 2 gtes d’HE d’eucalyptus radiata + 2 gtes d’HE de lavande vraie dans 1 c. à c. d’HV : mélanger et frictionner au niveau des ganglions du cou et la nuque.
⇒ 2 c. à s. de miel + 1 c. à s. de jus de citron dans 200 ml d’eau chaude : mélanger et se gargariser plusieurs fois par jour (en général les petits trouvent ça rigolo, les gargarismes !).
⇒ 2-3 tasses d’infusion de romarin ou de thym (150 ml d’eau frémissante + 1 c. à c. de plantes sèches).
⇒ 1 c. à c. de vinaigre de cidre + 100 ml d’eau : mélanger et se gargariser avec (on peut ajouter du citron).
⇒ Prendre 2-3 gtes d’EPP dans 1 c. à c. de miel ou 3 gtes dans ½ verre d’eau pour faire un gargarisme.

Bronchite, grippe, toux

⇒ 1 verre ½ de jus de chou rouge par jour, ou décoction pendant 30 mn d’1 litre d’eau + 2 grandes feuilles de chou.
⇒ 3-4 gtes d’HE d’eucalyptus radiata (attention, interdit aux asthmatiques !) + 1 c. à c. d’HV d’olive : mélanger et se frictionner le thorax et le dos au niveau des poumons 2 fois par jour.
⇒ Dans 1 assiette creuse, alterner 1 couche de radis noir (ou navet) en rondelles avec 1 couche de sucre candi, laisser macérer toute la nuit et récupérer le sirop dans le fond de l’assiette : 2-3 c. à s. de sirop par jour pour les enfants, 4-5 pour les adultes (plus rigolo pour les enfants : on peut creuser un radis noir et y verser du sucre candi, même principe que précédemment, mais ils boivent directement dedans !).
⇒ 2 c. à c. et demie de vinaigre de cidre + 2 c. à s. de miel d’acacia : mélanger et prendre 1 c. à s. 2 fois par jour.
⇒ Se gargariser avec de l’HA de pin, de tea tree ou de thym.
⇒ Boire 3-4 tasses minimum de thé vert par jour, hé oui !
⇒ 1 verre d’eau + 1 jus de citron + 1 gousse d’ail écrasée (efficace, mais au secours !).

Gêne respiratoire, asthme

⇒ 1 tasse d’infusion de lavande, 2-3 fois par jour.
⇒ ½ verre de vinaigre de cidre + 2 gtes d’HE de lavande + 2 gtes d’HE de pin sylvestre : mélanger et verser dans un bain.
⇒ Diffusion dans l’air d’HE de romarin ou de lavande.

Généralités

Plantes et fleurs de l’hiver et leurs acolytes, avec pour chacun les actions « thérapeutiques » qui nous intéressent pour passer l’hiver tranquille !

Plantes et fleurs

Ail : antibiotique
Bourrache : antitussif, expectorant, cicatrisant
Calendula : soulage les affections respiratoires
Camomille : calmant, antispasmodique
Capucine : expectorant, soulage les affections bronchiques
Chou : anti-inflammatoire
Citron : antiseptique, calmant
Coquelicot : pectoral, soulage toux sèche et enrouement
Eucalyptus : antitussif, expectorant, antiseptique
Figue : expectorant
Lavande : antispasmodique, sédatif, antiseptique, anti-inflammatoire, décongestionnant
Mauve : antitussif, pectoral, antiinflammatoire, adoucissant
Romarin : décongestionnant, antiinflammatoire, antispasmodique, expectorant, antiseptique
Sureau noir : soulage les affections respiratoires
Thym : antispasmodique, expectorant, antiseptique, antiviral, antibactérien
Tilleul : calmant
Violette : expectorant, soulage la toux grasse.

Miel

Adoucissant, antiseptique
Tous les miels de fleurs ont en plus les propriétés des dites fleurs ! Acacia, lavande, romarin, thym, tilleul, verveine.

Huiles essentielles

Arbre à thé (tea tree – Melaleuca alternifolia) : antiseptique, antibactérien, antiviral
Bois de rose (Aniba rosea odora) : antiseptique respiratoire, immunostimulant
Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata) : antiviral, décongestionnant respiratoire, antitussif
Genévrier (Juniperus communis) : anti-inflammatoire, expectorant
Lavande vraie (Lavandula angustifolia) : antiseptique respiratoire
Niaouli (Melaleuca quinquenervia) : décongestionnant, expectorant
Ravintsara : antiviral, antibactérien
Romarin (Rosmarinus officinalis) : mucolytique, expectorant.

Divers

Chlorure de magnésium : prévention
Extrait de pépins de pamplemousse : prévention

À partir de là, on peut imaginer toutes sortes de recettes simples et efficaces. C’est très facile quand on connaît les propriétés de chacun ! Pas besoin non plus de mettre 15 ingrédients, souvent 1 ou 2 suffisent !

Par exemple, pour faire une huile de soin pour un enfant de plus de 3 ans, on va plutôt aller prendre une huile végétale neutre et pas allergène, du style huile d’olive, et puis on va choisir 1 ou 2 (au maximum) huiles essentielles adaptées aux « trolls », comme du ravintsara, et puis une goutte de niaouli pour renforcer l’action !

Au final, ça nous donne : 50 ml d’HV d’olive + 2 gtes d’HE de ravintsara + 1 gte d’HE de niaouli
Pour une action thérapeutique complète, décongestionnante, expectorante pour le curatif, et antivirale et antibactériennne pour le préventif !

Moi, j’aurais tendance à ne mettre qu’une huile essentielle avec un dosage moindre pour commencer, d’autant plus que ça suffit souvent largement, vu les larges spectres de chaque huile essentielle ! Et puis les enfants (même s’ils ont dépassé 3 ans) sont souvent hypersensibles aux huiles essentielles, étant donné la puissance de celles-ci !

J’agis de la même façon pour la fabrication de tous mes produits de soin : cela ne sert à rien de mettre beaucoup de matières premières actives, le trop étant l’ennemi du bien !

Abréviations :

HE = huile essentielle
HV = huile végétale
HA = hydrolat
EPP = extrait de pépins de pamplemousse
c. à c. = cuillerée à café
c. à s. = cuillerée à soupe
gtes = gouttes
ml = millilitre

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les huiles essentielles qui guérissent
Les massages aux huiles essentielles qui guérissent
Dépression. Le mensonge des antidépresseurs... et les vraies pistes de guérison
Et si vous appreniez à vous soigner vous-même ?