En mai, tout fleurit et tout pousse !

Les travaux de mai

L’art du jardinage biologique réside dans la connaissance des équilibres naturels, l’observation et l’anticipation. Le mois de mai est une occasion idéale pour mobiliser ces talents.

Dispersez les espèces et variétés, cela réduit les risques parasitaires, et associez ces diverses plantes en tenant compte de leur capacité à se protéger mutuellement : le poireau repousse la mouche de la carotte qui repousse la teigne du poireau ; contre les aleurodes, plantez du basilic et des œillets d’Inde entre les plants de tomates ; la maladie des taches noires recule en présence de rue officinale, de coriandre.

Pour réduire le désherbage, l’évaporation de l’eau du sol et la formation d’une croûte de battance à la surface de certains sols, utilisez le paillage avec les déchets de tontes séchés (c’est de saison !) ou de désherbage. Mais il n’y a pas que le paillage. Autre solution pour les économies d’eau, le binage : biner casse la croûte de surface et ralentit la remontée de l’eau du sol vers la surface, et pour avoir moins à désherber, couvrez le sol avec des plantes à développement rapide ou rampant (pourpier, trèfle, roquette, tétragone, etc) ; elles occupent le sol, ne laissent pas de place aux plantes indésirables et, le plus souvent, la levée des graines est gênée par le manque de lumière.

Surveillez l’évolution des diverses populations d’insectes et d’oiseaux ; pour utiliser les services de ces auxiliaires, il faut qu’il y ait, au préalable, suffisamment à manger, donc assez de parasites sur les plantes.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier pour brasser de la bière
Mon cahier pour aller jeûner
Mon cahier de sorcière pour devenir irrésistible
Rhumatismes et maux de dos : les prescriptions du Dr Valnet