La cuisine ensoleillée

Cuisine au soleil ou cuisine du soleil, on le dit d’emblée, les cuisines dites méditerranéennes (provençale, espagnole, grecque…) sont basées sur des principes qui donnent de très bonnes recettes pour bien vivre sous le soleil. Avec une parfaite adéquation entre latitude, climat, productions locales et postulats de la cuisine santé « à la Seignalet ». La nature étant souvent bien faite, ce n’est sûrement pas un hasard…

LE MANTRA DU MOIS
HISSEZ LES COULEURS
DES NUTRIMENTS PROTECTEURS,
ET DU SOLEIL PROFITEZ DU MEILLEUR ! »

AU MARCHÉ
Remplissez donc votre panier à provisions des abricots, fraises et groseilles qui arrivent tout juste, des melons et pastèques qui vont nous accompagner tout l’été, des premières cerises, pêches ou de leurs cousins les brugnons. Quittez le verger pour le potager avec ses petits pois, ses artichauts, ses aubergines et ses courgettes, ses betteraves rouges et ses haricots verts, ses concombres, ses radis, ses laitues, son cresson et son oseille, et bien sûr, ses tomates. N’oubliez pas l’ail, l’oignon, l’échalote, ni les précieuses herbes aromatiques.
Un petit tour, comme d’habitude, chez le poissonnier, également chez le volailler (principalement pour les œufs bio), enfin chez l’épicier pour y choisir un bel assortiment d’épices, bien colorées et parfumées elles aussi, avec le safran en vedette.
Dernier passage obligé au rayon des thés (vert et blanc de préférence), et on est paré pour une cuisine ensoleillée !

QUELQUES COURSES AVEC VOUS, LES CONSEILS D'ANNE DUFOUR
SAFRAN
Cette épice a ainsi depuis toujours la réputation d’être la plus chère du monde. Caractérisé par son goût amer et son odeur qui rappelle le foin, le safran est aussi utilisé en guise de colorant, donnant notamment aux préparations culinaires des tonalités jaune d’or. Il entre traditionnellement dans de nombreux plats espagnols, indiens, marocains, iraniens, ou encore dans la composition de la Chartreuse… Précieux, le safran l’est aussi par ses apports nutritionnels, et notamment par sa richesse en caroténoïdes (picrocrocine, zéaxanthine, lycopène, bêta-carotène...). Mieux vaut le choisir en filaments qu’en poudres, parfois « coupées » de curcuma ou de paprika moins onéreux, et qui s’éventent plus vite. Il doit être conservé dans une boîte hermétique, à l’abri de l’humidité.

TOMATE
C’est l’aliment le plus consommé au monde après la pomme de terre. Cultivée sous presque toutes les latitudes, la tomate peut être blanche, jaune, noire, orange, rose, rouge, verte ou violette, allongée, cerise, ronde, oblongue, petite ou très grosse. Elle se déguste crue ou cuite, en salades, en sauces, en tartes, séchée ou en concentré, farcie, en jus ou en confiture. C’est lorsqu’elle est cuite qu’on assimile le mieux son fameux lycopène, un caroténoïde fortement anti-oxydant. La tomate contient aussi une belle dose de potassium ou de la vitamine  C entre autres nutriments protecteurs, le tout avec un apport calorique très faible, ce qui en fait un aliment santé-minceur incomparable. Sur le marché, on la choisit ferme, la peau bien lisse et la couleur uniforme. Pour être savoureuse, il faut qu’elle sente bon.
Et mieux vaut qu’elle soit bio : une étude récente a désigné la tomate comme l’un des dix aliments contenant le plus de résidus de pesticides… Elle se conserve quelques jours à température ambiante, jusqu’à une dizaine au réfrigérateur qui lui fait toutefois perdre un peu en saveur.

THÉ BLANC
À la différence des autres variétés, le thé blanc n’est pas oxydé, et c’est le moins transformé de tous les thés. Il se compose de jeunes feuilles en bourgeons, séchées au soleil et à l’air, ni torréfiées, ni roulées : ce thé garde ainsi, en plus d’une saveur originale, toutes les propriétés des feuilles fraîches et, en particulier, une plus grande quantité de polyphénols, flavonoïdes ou encore d’anti-oxydants EGCG, tout en restant faible en théine. Originaire de la province de Fujian, rare et précieux, le thé blanc nécessite une préparation particulière : il doit notamment être infusé durant 15 à 20 mn dans une eau de source à 70°C. Doux et rafraîchissant, il peut surprendre par sa saveur délicate et très peu corsée… à laquelle il faut se donner le temps de s’habituer pour bien l’apprécier !

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de botanique
Et si vous faisiez tout vous-même?
D'ici ou d'ailleurs, les points qui guérissent
Stress et sommeil, les prescriptions du Dr Valnet