La maladie de Dupuytren

Quand la main devient griffe…
Rubrique

Une rétraction de la paume de la main avec l'annulaire et l'auriculaire recroquevillés en griffe… il n'en faut pas beaucoup plus pour suspecter une maladie de Dupuytren. Une pathologie encore bien mystérieuse qui se caractérise par le développement de nodules fibreux sur les tendons.

COMPOSANTE HÉRÉDITAIRE
La maladie de Dupuytren est fréquente et touche environ 7 personnes sur 1 000. Elle concerne le plus souvent l'homme (90 % des cas), entre 40 et 60 ans, et parfois plus jeune, dès l'âge de 20 ans où la maladie est plus sévère et agressive. Il existe probablement une composante héréditaire et par conséquent des « familles de Dupuytren » (30 à 50 % des cas).

TRAVAIL MANUEL
On pense souvent à un excès de consommation d'alcool lorsque survient une maladie de Dupuytren. Ce n'est pas toujours le cas, loin de là. On observe également cette maladie chez de nombreux travailleurs manuels, en particulier dans les professions qui s'accompagnent de microtraumatismes des paumes de mains, mais aussi chez les diabétiques, insulino-dépendants ou non, chez les hypertendus, chez les épileptiques du fait de la prise de certains médicaments et après certains traitements (isoniazide, phénobarbital).

TRAITEMENTS
Le choix du traitement dépend de la forme exacte de la maladie, de son évolution et de sa sévérité, en fonction notamment du « test de la table » qui consiste à essayer de décoller les doigts de la main posée à plat sur la table. Malheureusement, les récidives sont fréquentes après 5 ans de traitement, quelle que soit la technique employée.
- Aponévrotomie à l'aiguille. Adaptée aux formes précoces, aussi efficace que l'intervention chirurgicale classique et bien mieux tolérée, l'aponévrotomie à l'aiguille est une intervention qui réclame un praticien expérimenté.
- Divers. Plusieurs autres techniques ont été utilisées dans le traitement de la maladie de Dupuytren. Ont été testées notamment la mésothérapie, l'utilisation de vitamine E, la physiothérapie ou encore l'acupuncture.
- Infiltrations de corticoïdes. Elles ne sont pas recommandées du fait des effets secondaires.
- Extrait bactérien. Encore en cours d’étude, un extrait de la bactérie Clostridium histolyticum, la collagénase, permettrait de réduire les contractures et d’améliorer l’extension des doigts atteints.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de remèdes et recettes au Miel
Et si vous appreniez à vous soigner vous-même ?
Ma Bible des aliments remèdes
Dépression. Le mensonge des antidépresseurs... et les vraies pistes de guérison