L’alimentation anti-cancer

Le cancer a beau décimer à tour de cellules, c’est malgré tout une maladie comme une autre. C’est-à-dire qu’elle se développe sur certains terrains et pas d’autres, qu’elle a besoin de certaines conditions pour croître tandis que d’autres lui sont néfastes.

Certes, cette grande faucheuse est "multifactorielle", mais l’alimentation joue probablement un rôle très important dans sa survenue, son développement et sa dissémination. Le point sur ce que l’on sait aujourd’hui sur les liens entre notre assiette et ce fléau.

Aujourd’hui, le cancer est la première cause de mortalité des personnes de plus de 45 ans, et la seconde des plus de 65 ans dans les pays développés. Selon l’OMS, un homme sur deux et une femme sur trois seront touchés par cette maladie dans les années à venir. En parallèle, notre alimentation a connu une mutation sans précédent ces dernières décennies. Notre consommation quotidienne de viande s’est multipliée par trois en cent ans, le sucre blanc et les céréales raffinées ont remplacé le sucre de canne et les céréales complètes. Colorants et autres additifs confèrent goût artificiel, attraction et longue vie à nos aliments. Ainsi, une mauvaise alimentation est devenue le premier “promoteur” du cancer, avant même le tabac, la génétique, la pollution, l’action de certaines hormones ou de certains virus. Plus aucun chercheur ou médecin sérieux ne peut prétendre qu’il n’y a aucun lien entre alimentation et cancer. L’enjeu scientifique est donc de taille. Lors des très officielles Journées de Nutrition Annuelles de janvier 2003, le Dr Paule Martel, directrice de recherche à l’INRA de Jouy en Josas (Laboratoire de Nutrition et Sécurité Alimentaire) a même insisté sur le fait qu’il existait un nombre considérable d’études scientifiques consensuelles sur le sujet. Au point que toutes ces données étaient d’ores et déjà traduites en recommandations nutritionnelles.

LES ALIMENTS CONSEILLÉS
Les fruits et légumes frais contiennent toute une palette de nutriments protecteurs (fibres, antioxydants, vitamines, minéraux, capteurs de poisons…).
La vitamine C s’oppose à la transformation des nitrates en nitrites, fortement soupçonnés d’être cancérigènes.

=> Pommes, bananes, poires, prunes, abricots, agrumes (petite peau blanche), carottes, haricots secs.
=> Dattes, baies, pommes.
=> Fruits et légumes très colorés (oranges ou verts).
=> Choux, brocolis, tomates, carottes, oignon et ail.
=> Légumes à feuille (épinards par exemple), haricots secs, brocoli, asperges, choux de Bruxelles.
=> Ail, oignon, ciboulette.
=> Noix (toutes variétés), céréales complètes.
=> Céréales complètes, pruneaux, fruits oléagineux (amandes, noix) et secs (raisins, dattes, figues).
=> Légumineuses.
=> Soja et produits dérivés (tofu).
=> Poisson gras (sardine, maquereau, anguille, saumon frais de qualité…).
=> L’acide folique (vitamine B9).
=> Huiles de noix, d’olive, de lin, de colza.
=> Thé vert (ou oolong, ou earl grey).
=> Vin rouge.
=> La réglisse.

LES ALIMENTS DANGEREUX
=> Alcool.
=> Produits laitiers (surtout desserts très sucrés - mousses, crèmes) ;
=> Pâtisseries, viennoiserie ;
=> Sucre raffiné, sucreries ;
=> Nitrates (présents dans les végétaux de régions polluées, surtout carottes, épinards, radis, salade).
=> Viandes grasses et produits industriels riches en graisses saturées (pâtisseries, viennoiseries, desserts lactés, crèmes glacées…).

LE CAS DU SUCRE
Le sucre contribue à diminuer la production de prostaglandines, agents immunitaires qui éliminent les cellules cancéreuses naissantes. Le sucre blanc peut favoriser le processus cancéreux, notamment celui du côlon, mais pas seulement. Le mécanisme en cascade est vicieux : il nous "vole" certains nutriments pour que nous puissions l’assimiler, et il finit par créer une carence en éléments protecteurs (alors que le sucre complet, le miel ou le sirop d’érable contiennent, eux, les vitamines et minéraux nécessaires à leur absorption) ; le sucre "appelle" le sucre en désorganisant nos paramètres sanguins. Donc, à chaque nouvelle "prise", on aggrave notre cas. Une alimentation riche en sucre est souvent pauvre en fruits et légumes, protecteurs anticancer.
=> Une seule indication pour le sucre : si vous avez des nausées, par exemple suite à une séance de chimiothérapie, les boissons à base de cola peuvent vous empêcher de vomir et repousser les nausées.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon manuel de sorcière
L'alimentation santé : les recettes!
Les aliments qui guérissent (Poche)
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel