L'asperge (Asparagus officinalis)

Rubrique

« Fleur de mai, on peut s’y fier », et légumes de saison, il faut consommer. Profitons-en pour déguster un légume sauvage qui ne va point durer et qu’il ne faut donc pas rater.

L’asperge sauvage est une plante aérienne aux tiges plumeuses qui mériterait d’avoir sa place dans les plate-bandes.
D’un point de vue thérapeutique, elle est efficace si on souffre de rétention d’eau et si l’on veut stimuler la diurèse, mais attention, elle est contre-indiquée chez les personnes ayant des calculs, une inflammation des voies urinaires, de l’athérosclérose et de la goutte.

Récoltez les asperges lorsqu’elles font de dix à vingt centimètres. Si vous désirez les faire sécher, découpez-les en fines rondelles et passez-les quelques minutes au four au thermostat minimum avec la porte ouverte. Finissez le séchage sur des claies en bois en fines couches et conservez-les dans des bocaux en verre.

POUR UN EFFET DIURÉTIQUE ET POUR OUVRIR L'APPÉTIT
> Décoction
: dans un litre d’eau, plongez trois pousses. Faites cuire dix minutes, couvrez, attendez encore dix minutes puis filtrez. Buvez dans la journée et si vous avez besoin de vous ouvrir l’appétit, prenez un verre avant les repas.

CONTRE LES PALPITATIONS
> Sirop de pointes d’asperge
: passez au mixeur les pointes d’asperges puis récupérez leur jus à travers une passoire grossière pour finir avec un filtre plus fin. Pesez, faites cuire au bain-marie avec le double de poids de sucre jusqu’à l’obtention d’un sirop. Conservez dans des petites bouteilles en verre opaque et prenez deux cuillerées à soupe de ce sirop le matin et le soir.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Le Guide du thé vert
Les secrets d'un jeûne réussi
Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Additifs alimentaires : mieux les connaître pour éviter leur toxicité