Prairie, pelouse, gazon : posez vos questions, c’est de saison !

Rubrique

Les surfaces enherbées sont des éléments d’esthétique, de confort et aussi de fertilité pour le jardin, alors n’hésitez pas à les cultiver et laissez-les gagner le potager et le verger !

GAZON, PELOUSE OU PRAIRIE, QUELLES DIFFÉRENCES ?
Un semis de graminées sélectionnées, des tontes fréquentes pour créer un tapis homogène, c’est une pelouse.
Plus l’herbe est rase et fine, plus on parle de gazon.
Dans la prairie, on trouve des graminées, des légumineuses fourragères ou d’autres plantes comme les bleuets, coquelicots... Les coupes sont peu fréquentes, une à deux par an, le couvert végétal n’est pas homogène, très diversifié, il s’adapte à toutes les zones humides, sèches ou remblais.

POURQUOI CULTIVER DES PRAIRIES FLEURIES ?
La diversité des plantes qui constituent la prairie fleurie (graminées, légumineuses, vivaces ou annuelles à fleurs) lui permet de résister à la sécheresse, de s’installer partout, surtout dans les zones difficiles d’accès, d’offrir une floraison longue et variée, de favoriser la biodiversité animale (insectes, hérisson, oiseaux...) et de contribuer à l’enrichissement en matière organique du sol.
Elle ne nécessite que peu d’entretien, donc est moins gourmande en énergie, sa longévité est élevée et elle est très adaptée aux surfaces importantes et aux terres ingrates où son rendu est superbe.

QUELLES ESPÈCES SEMER ?
Pour le gazon d’ornement très fin : fétuques rouges gazonnantes, traçantes et demi-traçantes ou de l’agrostide de castille ou de l’agrostide ténue. Pour un gazon ornemental, moins fragile, ajoutez 10 à 20 % de ray-grass anglais.
Pour la pelouse de détente : mélange de ray-grass anglais, de fétuques diverses, dont la fétuque élevée (très résistante au piétinement), pâturin des prés (résistant à l’arrachement).
La composition est presque identique pour les pelouses sous climat méditerranéen (avec un peu d’arrosage) et pour les zones humides ou à l’ombre : ray-grass anglais avec fétuques (rouge ou ovine) et canche gazonnante ; cette dernière s’installe vite à l’ombre et résiste bien aux piétinements.

QUAND SEMER ?
En septembre-octobre ou mars-avril. Il faut un sol chaud, assez humide, des écarts de températures modérés et des températures supérieures à 10-12 °C.

COMMENT PRÉPARER LE TERRAIN ?
Désherber est incontournable : aérez la terre sur 20-25 cm sans la retourner et incorporez les engrais avec une fraise. L’épierrage prend un peu de temps, mais évite les mauvaises surprises pour la tondeuse ; lorsque vous êtes prêt à semer, émiettez la terre par des passages croisés de motobineuse ou de croc, nivelez avec un râteau, procédez au roulage et redonnez un petit coup de râteau. Semez enfin ! Un léger griffage pour couvrir les graines (0,5 cm de terre suffit).

L’ARROSAGE ?
Juste après le semis, en pluie fine pendant plusieurs jours si le temps est sec et en fonction de la durée de la levée ; ensuite, en période de croissance des plantes, copieusement (5 litres/m2), mais peu souvent.

LA TONTE ?
La première se fait lorsque l’herbe a 10 cm de haut (sauf pour la prairie) avec une lame bien affûtée, et en position haute ; ensuite, repassez en position moyenne, puis roulez le gazon. La fréquence de tonte dépend du mélange, de l’arrosage, de la fertilisation azotée, et du type de pelouse souhaité. Ne coupez jamais plus d’un tiers de la hauteur de l’herbe à chaque tonte.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Problèmes circulatoires : les prescriptions du Dr Valnet
Mon cahier des points qui guérissent
Les secrets d'un jeûne réussi
Les clés de l'alimentation santé