Troubles de la thyroïde : la complémenthérapie à mettre en œuvre

Rubrique

Les dérèglements de la thyroïde affectent plus de 200 millions de personnes à travers le monde. L'hypothyroïdie est beaucoup plus fréquente que l'hyperthyroïdie. Environ 10 % de la population âgée souffre d'hypothyroïdie. Les femmes sont nettement plus touchées que les hommes par les troubles de la glande thyroïde.

LES SYMPTÔMES
Si les conséquences sur la santé des dysfonctionnements de la thyroïde peuvent être nombreuses, elles varient suivant que la glande se met à fonctionner en mode hyper ou hypo.
- Une hyperthyroïdie provoque des symptômes tels que nervosité, palpitations, tremblements, amaigrissement, hypersudation, diarrhées et faiblesse musculaire.
- Dans le cas d'une hypothyroïdie, les principales manifestations symptomatiques sont les suivantes : fatigue générale (physique, intellectuelle, sexuelle), prise de poids, gêne respiratoire lors des efforts, ralentissement du rythme cardiaque, grande frilosité, constipation.

LES FACTEURS DÉFAVORABLES
Un certain nombre de facteurs peuvent venir perturber le bon fonctionnement de la glande thyroïde :
- un mauvais alignement des vertèbres cervicales ;
- une intoxication aux métaux lourds (au mercure dentaire, par exemple) ;
- le tabagisme ;
- certains traitements médicamenteux (œstrogènes et contraceptifs oraux, glucocorticoïdes, interféron...) ;
- une insuffisance hépatique ou rénale ;
- un stress chronique ;
- un état de dysharmonie intérieure;
- un déficit en certains nutriments.

LES NUTRIMENTS DE LA THYROÏDE
Les deux principales hormones sécrétées par la thyroïde sont la T4 (tétra-iodo-thyronine ou thyroxine) et la T3 (tri-iodo-thyronine). Si « iodo » figure dans leur nom à toutes les deux, ce n'est bien entendu pas par hasard : l'iode est tout simplement indispensable à leur production. L'organisme contient environ 20 mg d'iode, dont les trois-quarts sont concentrés dans la seule glande thyroïde ! En outre, les chiffres « 3 » et « 4 » ont été choisis en fonction du nombre d'atomes d'iode présents : trois pour la T3 et quatre pour la T4.

- La tyrosine intervient en tant que précurseur des hormones thyroïdiennes. Cet acide aminé s'attache en effet aux atomes d'iode pour former les hormones thyroïdiennes.
- Le manganèse est essentiel à la synthèse de la thyroxine (T4).
- L'enzyme qui permet la conversion de la T4 (pro-hormone) en T3 (hormone active) nécessite la présence de cofacteurs minéraux : cuivre, fer, sélénium et zinc.
- Les vitamines du groupe B apportent aussi leur contribution au bon fonctionnement de la glande thyroïde.
- D'autres nutriments aident également à améliorer la fonction thyroïdienne, en particulier les acides gras essentiels et les vitamines A, C et E, sans oublier le magnésium, qui prévient la réduction de l'activité de la thyroïde.

La plupart de ces nutriments figurent dans la composition du complexe THYREGUL (Phyt-Inov). La formulation de ce produit destiné à assurer un meilleur équilibre thyroïdien a été optimisée par l'ajout de petites doses d'huiles essentielles : marjolaine, cumin, romarin, genièvre, clou de girofle, myrte verte.
Conseils d'utilisation : en phase initiale, 3 gélules par jour en dehors des repas (2 au réveil + 1 en fin d'après-midi). À prendre 3 semaines par mois, pendant 3 mois. En phase d'entretien, descendre à 2 gélules par jour.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Découvrez nos livres santé

Mon cahier de recettes kombucha et kéfir
Les trois clés de la santé
Les points qui guérissent
Mon cahier de remèdes au bicarbonate