La jaunisse de Bébé

Une simple histoire de groupes sanguins !
Rubrique

Un bébé qui devient tout jaune après la naissance ? Il s’agit probablement d’une incompatibilité fœto-maternelle, autrement dit d’un conflit entre le sang de l’enfant et celui de sa mère.

Difficile de parler de l’incompatibilité fœto-maternelle (IFM) sans aborder la classification des groupes sanguins. Schématiquement, il existe 22 systèmes sanguins regroupant 196 antigènes. Parmi les plus connus, le système « ABO » et le système « Rhésus », avec son fameux + ou – qui suit la lettre. Ainsi, le sang est du groupe A, B, AB ou O lorsque les globules rouges sont recouverts d’un antigène particulier :

  • Groupe A : antigène A
  • Groupe B : antigène B
  • Groupe AB : antigène A et antigène B
  • Groupe O : pas d’antigène.

Incompatibilité

Injectés lors d’une transfusion ou mis en présence d’un sang qui n’est pas du même groupe sanguin, comme lors de la grossesse, les globules rouges recouverts d’antigènes A ou B du donneur vont déclencher la sécrétion d’anticorps particuliers (agglutinines anti-A ou anti-B) par l’organisme du receveur si le sang de ce dernier n’est pas compatible. C’est l’incompatibilité. Parmi la centaine d’IFM décrites, celle liée aux antigènes A ou B est la plus fréquente (4 naissances pour 1000), mais s’avère généralement bénigne.

Système Rhésus

Une IFM plus redoutable existe pour l’autre système sanguin lié à l’existence d’un antigène particulier sur les globules rouges, que l’on soit A, B, AB ou O : l’antigène Rhésus. En effet, les individus Rh+ (85 % de la population) ont des globules rouges porteurs de l’antigène rhésus. Les individus Rh– (15 %) n’ont donc pas cet antigène et vont développer des agglutinines anti-rhésus s’ils sont mis en contact avec des globules rouges Rh+. En réalité, le système rhésus est un peu plus complexe : il comporte 5 antigènes différents, dont celui appelé « D », le plus important, responsable de l’appartenance au groupe Rh+ lorsqu’il est présent. L’IFM liée à l’antigène D est la plus grave. Elle peut affecter le fœtus pendant la grossesse. Cette IFM concerne 1 naissance pour 1000, contre 0,5/1000 pour les 4 autres antigènes. La plupart sont symptomatiques à la naissance (jaunisse).

Gare au Rhésus négatif chez la maman

Cette IFM résulte d’un conflit entre le rhésus négatif de la mère (Rh –) et le rhésus positif de l’enfant (Rh+). Mais alors d’où vient-il ? Tout simplement du père lorsque ce dernier est Rh+ ! Les sangs, fœtal et maternel, ne sont mis en contact que lors de l’accouchement ou en cas de saignement pendant la grossesse. Raison pour laquelle l’IFM à rhésus apparaît dans les suites de l’accouchement pour le premier enfant (la mère transmet les agglutinines anti-Rh à l’enfant), ou lors d’une deuxième grossesse (la mère a eu le temps de développer les agglutinines après le premier accouchement). Une simple prise de sang chez la (future) mère permet donc d’estimer le risque : présence de rhésus, existence d’agglutinines anti-Rh (RAI)… Si la mère est Rh+, il n’y a pas de risque pour l’enfant.

Jaunisse

L’IFM se manifeste par une jaunisse (ictère) qui correspond à la destruction des globules rouges étrangers (hémolyse) par les agglutinines anti-rhésus (ou anti-A, anti-B). Une destruction qui va libérer l’hémoglobine hors des globules rouges. L’hémoglobine est rapidement dégradée pour se transformer en bilirubine, un pigment responsable de la coloration jaunâtre de la peau et du blanc des yeux.

Complications

Si l’IFM est le plus souvent bénigne et purement inesthétique, elle s’avère parfois plus grave. En effet, la bilirubine peut s’accumuler au niveau du cerveau et causer des lésions cérébrales sérieuses, voire mortelles. Enfin, la destruction des globules rouges de l’enfant fait craindre une anémie.

De la lumière bleue

De nombreux moyens préventifs ou curatifs permettent de limiter l’hémolyse ou ses conséquences pendant la grossesse ou après la naissance :

Vaccination préventive de la maman pendant la grossesse (injection d’anticorps dirigés contre l’antigène rhésus)
Surveillance rapprochée de la mère et l’enfant avec dosages sanguins répétés de la bilirubine, recherches des RAI, tests destinés à évaluer le risque d’hémolyse…
Photothérapie (lumière bleue) afin de dégrader plus rapidement la bilirubine
⇒​​​​​​​ ​​​​​​​Prise en charge de l’anémie et élimination de la bilirubine (exanguino-transfusion)

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les clés de l'alimentation santé - L’essentiel à savoir dans votre cas
Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...
Spasmophiles ? Libérez vos émotions !
Bien manger sans cuisiner