Je suis THUYA

Tout est sous contrôle !
Rubrique

Énigmatique, froid, sans cœur ? Ou simplement sur la défensive, car intimement blessé et fragile ? Peut-être bien les deux, après tout…

Ma philosophie de vie

L’homme est un loup pour l’homme. Une fois que tu as compris ça, ce qui est plutôt simple, jamais tu ne fais confiance à quiconque. Et tu te mets pour le reste de ta vie en mode « contrôle » et « dissimulation ».

Contrôler : seule manière de ne pas te faire trahir, embobiner, balader. Il est indispensable de contrôler l’environnement, la position du tapis dans l’entrée, l’heure exacte à laquelle on petit déjeune, ses sentiments, ce que l’on dit, ses gestes.

⇒​​​​​​​ Dissimuler : seule manière réaliste de progresser, d’obtenir un rendez-vous, une promotion, de creuser son chemin sans se faire remarquer. Surtout ne pas se démarquer. Aussi je préfère faire comme tout le monde même si, dans le fond, je ne suis pas d’accord. C’est plus simple et plus sécuritaire.

⇒​​​​​​​ Le monde me fait peur, c’est vrai, mais pas seulement à cause de mes contemporains. Aussi à cause de toutes ces maladies nouvelles qui éclosent régulièrement, ces virus qui prennent l’avion pour converger vers moi, ces polluants de tous types qui vont bien finir par me donner un cancer. Tiens, regarde ce nouveau grain de beauté, là, je ne l’avais pas la semaine dernière, tu ne trouves pas qu’il a un air louche ? Non. C’est sûrement que tu me mens. Comme tous les autres. Laisse-moi, en fait, je suis mieux seul. Même si cela m’expose à la dépression.

À table

⇒​​​​​​​ Je suis un bec salé, j’adore tout ce qui se rapporte au sel. Par contre les desserts, bof, et je ne suis pas non plus amateur de sucré-salé, c’est logique.

⇒​​​​​​​ Mais alors, ce que je déteste vraiment, c’est la viande, surtout en sauce ou même grasse en elle-même : les entrecôtes, le jambon cru, les côtes d’agneau, vous pouvez vous les garder !

⇒​​​​​​​ Même chose pour ce qui est un peu pâteux à mâcher, comme certains féculents : les pommes de terre sont un exemple type. Pire si elles sont rissolées avec des oignons, que j’abhorre également !

⇒​​​​​​​ En revanche, j’apprécie les boissons chaudes, comme le café ou le thé – qui peuvent pourtant me donner des maux de ventre et « m’énerver » au point de m’empêcher totalement de dormir.

Mon apparence

⇒​​​​​​​ Déjà, j’étais un gros bébé bien gras. J’ai continué sur ma lancée et aujourd’hui je suis un adulte bien en chair. Autrement dit, je suis en (fort) surpoids, mais surtout à cause d’une rétention d’eau répartie harmonieusement partout sur mon corps, si l’on peut dire. J’ai de la cellulite aussi bien sur les hanches, fesses, cuisses… que sur les bras. Peut-être un genre de bouclier pour me protéger du monde et des microbes qui guettent, va savoir. Parce que ça, les maladies qui n’attendent que de me tomber dessus, ça ne manque pas : déjà en ce moment, je ne tousse ni ne mouche, c’est louche, ça ne va sûrement pas tarder.

⇒​​​​​​​ En attendant, j’expose mon cortège de verrues et autres excroissances dermatologiques de la catégorie des molluscum et autres crêtes de coq ou tumeurs bénignes… Souvent d’ailleurs sur le visage, pile au niveau du sillon nasogénien, ce grand pli vertical qui relie le nez à la commissure des lèvres et descend éventuellement jusqu’au menton, conférant un air de Droopy triste au plus enjoué des hommes. Bref : comme le nez au milieu de la figure, comme ça impossible de les dissimuler.

⇒​​​​​​​ Je transpire tout le temps, ça se voit et ça n’arrange pas ma fragilité dermatologique déjà légendaire, ni mon odeur corporelle assez caractéristique (poireau).

⇒​​​​​​​ Côté rhumatismes, je me défends bien aussi : dès que la mauvaise saison approche, la pluie apporte son lot de douleurs, je peux prédire la météo heure par heure ! De toute façon l’humidité ne me réussit pas, et me rend « mal foutu » avec des sécrétions de part et d’autre – muqueuses nasales, génitales… Et cette sensation que mes os sont en verre, qu’ils vont se briser, c’est tellement angoissant…

Mes proches

⇒​​​​​​​ On me dit calculateur, manipulateur, retors, et ne laissant rien paraître de mes vrais sentiments. Il paraît qu’on me cerne mal, que personne ne « me connaît vraiment ». Pas faux. Le fait est que le monde dans son ensemble me fait peur et comme je me sais fragile et vulnérable, je préfère verrouiller. Je fuis toute confrontation, tout combat, mes rares expériences de relations sincères s’étant soldées par des trahisons ou des mésaventures. Alors déjà que je croyais à peine en l’autre, je n’y crois désormais plus du tout. Je préfère rester en dehors de la comédie humaine, en observateur (je ne me gêne pas pour épier et critiquer chaque détail dans mon for intérieur). Les quelques rejets dont j’ai pu être l’objet m’ont suffi pour que je me déteste pour le reste de mon existence.

⇒​​​​​​​ Pourtant, à force d’observer, je croise de très belles personnes, des gens que j’aimerais mieux connaître, d’autant que je suis très perméable aux attractions, aux rapprochements, à tous ces liens invisibles qui nous unissent les uns aux autres, mais aussi à notre environnement.

⇒​​​​​​​ Bref, au fond du fond, je suis un être relié au monde, attentif à la spiritualité au sens le plus large du terme. Mais vous ne le verrez jamais.

⇒​​​​​​​ Je peux aussi être un grand amoureux. Mais ça non plus, je n’en dirai mot, préférant vivre seul et dans l’indifférence que m’exposer aux morsures fatales de l’amour.

Ma santé

⇒​​​​​​​ Depuis tout petit, je suis sujet aux infections récidivantes. Enfant, j’ai même pu être très malade et le résultat c’est que les traitements d’alors m’ont intoxiqué à vie : je ne m’en suis jamais vraiment remis. Je me méfie d’ailleurs des médicaments en général qui m’empoisonnent, tout spécialement les traitements au long cours ou encore les vaccins, qui se passent toujours mal pour moi.

⇒​​​​​​​ Ce qui me caractérise le plus, ce sont ces « verrues » de toutes sortes sur la peau, nous en avons déjà parlé.

⇒​​​​​​​ Mais je peux aussi souffrir de multiples maux de type écoulements/sécrétions (pertes blanches, abcès internes ou externes, asthme, écoulements de pus chroniques, herpès ou eczéma avec suintement, conjonctivite, sinusite, transpiration excessive, cystite, sensation de « ne pas faire pipi complètement », infection sexuellement transmissible…).

⇒​​​​​​​ Je digère lentement, difficilement, avec des renvois aigres gênants et une constipation qui ne s’est jamais démentie depuis ma plus tendre enfance.

⇒​​​​​​​ J’ai des drôles de sensations, comme d’avoir « froid aux yeux » (comme si j’étais en plein courant d’air), d’héberger un animal vivant dans mon ventre (des déplacements de gaz), d’être bâti avec des os de verre (je l’ai déjà mentionné, mais ça me caractérise tellement !), de mal vivre les rapports sexuels (sensations désagréables surtout chez la femme, avec vagin et seins hypersensibles dans le sens « tiraillements » du terme, ovaire gauche douloureux, possibilité d’endométriose), de subir des idées fixes qui m’empêchent de dormir.

⇒​​​​​​​ Ce qui me fait vraiment du bien, c’est de m’étirer : stretching, Pilates, yoga, c’est pour moi !

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de sorcière pour devenir irrésistible
Mon cahier de réflexologie plantaire
Mon cahier de Baumes aux huiles essentielles
Le jeûne : mode d’emploi