Zoom sur le magnésium

Compléments alimentaires : les essentiels
Rubrique

Après la vitamine D, honneur à son principal cofacteur : le magnésium. Environ trois quarts des Français accusent un déficit plus ou moins marqué en magnésium, ce qui en fait le nutriment dont on manque le plus après la vitamine D ! Comme les besoins en magnésium sont difficilement couverts par l’alimentation actuelle, il n’y a guère d’autre choix que de se supplémenter, sauf que la naturalité des compléments à base de magnésium actuellement disponibles sur le marché laisse franchement à désirer.

Une brève énumération des rôles biologiques du magnésium donne une idée de son importance pour la conservation d’un bon équilibre de santé :

⇒ Participation à plus de 300 réactions métaboliques

⇒ Implication dans la production d’énergie au niveau intracellulaire

⇒ Normalisation de la conduction nerveuse

⇒ Régulation du rythme cardiaque

⇒ Action relaxante sur les muscles lisses

⇒ Fixation du calcium sur les os

⇒ Régulation de la température corporelle

⇒ Stimulation de l’immunité.

Limites des analyses habituelles

Un organisme adulte contient environ 25 mg de magnésium que l’on trouve, pour l’essentiel, dans les os, le foie et les tissus mous. Le sérum n’en contenant que 0,3 %, difficile de déterminer l’état des réserves du corps en magnésium sur la base d’un dosage plasmatique.

C’est pourquoi on préconise de recourir au dosage érythrocytaire (globules rouges), même s’il se révèle lui aussi imparfait. En effet, autant un taux anormal confirme l’existence quasi assurée d’un déficit en magnésium, autant un taux normal ne signifie pas pour autant que l’on ne manque pas de magnésium !

D’un point de vue pratique, sachez que le dosage érythrocytaire n’est pas réalisable dans tous les laboratoires d’analyses.

*

Des signes qui ne trompent pas

Compte tenu de la fiabilité limitée des dosages, le thérapeute doit donc surtout se fier au tableau clinique.
Il existe heureusement quantité de signes et symptômes révélateurs de l’existence d’un déficit plus ou moins marqué en magnésium :
nervosité, sensibilité exacerbée au stress ainsi qu’au bruit et à la lumière, oppression respiratoire, palpitations, tressautement des paupières, raideurs de la nuque, crampes musculaires, réveils nocturnes, coups de pompe fréquents, sensation de faiblesse, fourmillement des mains et des pieds, sensation d’avoir froid même par temps chaud, troubles digestifs…

Les formes offrant la meilleure biodisponibilité

Le bisglycinate

Teneur en magnésium : environ 16 %.
Ce magnésium est associé à un acide aminé, la glycine, qui exerce une action calmante sur les neurones et participe à la synthèse du collagène et du glutathion.

Le citrate

Teneur en magnésium : environ 16 %.
Dérivé de l’acide citrique, le citrate est présent dans les additifs E331 à 333. Effet légèrement laxatif.

Le glycérophosphate

Teneur en magnésium : environ 12 %.
Cette forme de magnésium va libérer du phosphate dans l’organisme. L’alimentation industrielle est très riche en phosphore et phosphate, ce dernier étant employé dans les additifs alimentaires E338 à 343, E450 à 452, E1410, E1412 à 1414 et E1442. Le E343, en particulier, n’est autre que du phosphate de magnésium utilisé comme acidifiant. L’excès de phosphate peut perturber le métabolisme du calcium. Une hypersensibilité au phosphate est observée chez une minorité de jeunes atteints de TDAH.

Le lactate

Teneur en magnésium : environ 12 %.
Le lactate est libéré sous forme d’acide lactique. Cet acide est naturellement produit par l’organisme en cas de mauvaise oxygénation des tissus. C’est lui qui est responsable des crampes survenant lors d’efforts physiques intenses. On trouve du lactate dans les additifs E325 à 327. Effet laxatif.

Les formes à la biodisponibilité la plus faible

Le carbonate

Teneur en magnésium : environ 40 %.
Utilisé comme antiacide dans certaines spécialités pharmaceutiques. Également employé comme additif alimentaire, plus précisément comme correcteur d’acidité et antiagglomérant (E504). Sans intérêt en tant que complément alimentaire. Effet laxatif.

L’oxyde

Teneur en magnésium : environ 60 %.
Utilisé lui aussi pour soulager les brûlures d’estomac. Également employé comme additif alimentaire, plus précisément comme antiagglomérant (E530). Représente à lui seul 80 à 90 % de la composition du magnésium marin. À noter que l’oxyde est la forme de magnésium au coût le plus faible : 3 € par kilo, contre 18 € pour le citrate et 30 € pour le bisglycinate.

Petit détour par la pharmacie

Deux laboratoires raflent la plus grosse part du marché du magnésium en officine : Novartis, dont le produit phare est Magnévie B6, et Cooper, dont le produit phare est Mag 2.

⇒ Magnévie B6 se présente sous forme de comprimés contenant du citrate de magnésium et des excipients problématiques comme le macrogol (E1521),
dénomination « médicale » du polyéthylène glycol (PEG), et le dioxyde de titane (E171), interdit dans les denrées alimentaires à compter du 1er janvier 2020.
 
⇒ Mag 2, quant à lui, se présente sous forme de comprimés, ampoules et sachets. Les comprimés ne présentent aucun intérêt car ils n’apportent que du carbonate de magnésium, et les ampoules sont à éviter encore plus en raison de la présence de deux additifs toxiques : un conservateur, le benzoate de sodium (E211), et un colorant, le jaune orangé S (E110). Tous deux appartiennent à la liste des additifs reconnus comme « pouvant avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention des enfants ».

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Ma Bible des aliments remèdes
Poids : mode d'emploi
Mon herbier des feuilles d’arbres... des campagnes et des forêts.
Mais pourquoi personne ne nous le dit ?