Je me prépare au jeûne

Ce sera ce printemps dans les Alpes-de-Haute-Provence

Il y a quelques mois, je vous avais raconté que je me préparais à aller jeûner dans les Alpes-de-Haute-Provence. Ce stage que j’attends avec tant d’impatience aura lieu en avril, avec Marion Henry, naturopathe, et Roman Graf, réflexologue, et puis une praticienne en yoga et un expert en Qi Gong. J’y serais bien allée avant, mais ils n’en organisent pas plus tôt, alors, après avoir testé deux jours l’année dernière, je suis allée m’imprégner du lieu. 

Un petit tour à Forcalquier

J’ai eu l’occasion de faire un petit tour à Forcalquier et j’en ai profité pour retourner voir Marion et Roman et leur demander des conseils. Après tout, même si mon stage est prévu dans quelques mois, c’est important pour moi de m’y préparer psychologiquement. Marion m’a proposé de faire une grande balade dans les vallées alentour, là où je marcherai bientôt tout en jeûnant. Marion s’est amusée de mon impatience et m’a dit qu’il était un peu tôt pour me préparer à ma semaine de jeûne, mais elle n’a pas trouvé absurde que je veuille en savoir un peu plus avant de me lancer : « C’est toujours bien de se préparer, de mieux comprendre notre concept avant de s’y mettre » m’a-t-elle dit. Puis, elle m’a réexpliqué en détail comment choisir le type de jeûne et les principes de base. 

Quel jeûne ?

« As-tu choisi le type de jeûne que tu vas faire ? » m’a demandé Marion quand on s’est arrêtées pour voir les sommets des montagnes enneigées. Je sais qu’il y a deux types de jeûne proposés lors de ce séjour. Je peux choisir le jeûne hydrique où l’on boit uniquement de l’eau et des tisanes, ou le jeûne de type Buchinger durant lequel vous prenez un jus de légumes frais (fait à l’extracteur de jus le matin) et un bouillon de légumes le soir. L’idée de ce jeûne avec du jus et du bouillon, c’est d’apporter quelques vitamines et minéraux à son organisme, de limiter les éventuelles baisses de tension et les symptômes d’élimination des toxines. Selon Otto Buchinger, qui a développé cette méthode au début du XXe siècle, les effets secondaires désagréables du jeûne sont largement atténués par un apport calorique quotidien restreint (250 kcal) sans que cela n’entrave le processus bénéfique du jeûne.

Je n’ai pas encore décidé, je vais peut-être commencer par l’un, puis passer à l’autre. Ce qui est important pour moi, c’est d’être accompagnée par des personnes qui sauront me conseiller au mieux dans ce choix.

Le groupe et la sécurité

Je suis contente et rassurée d’aller jeûner en étant encadrée par des professionnels qui ont de l’expérience, et je sais que le fait de m’accorder une vraie semaine de relâche, en dehors de chez moi, de mon cadre habituel et de mon emploi du temps souvent surchargé,  est indispensable pour bénéficier au maximum des effets du jeûne. On draine ses toxines physiques et psychiques. Mais je sais aussi que le corps et l’esprit sont déroutés par le fait d’arrêter de manger. C’est à la fois très simple et complexe… 

En groupe, on se soutient et bien encadrée, chouchoutée, je sais que je pourrai jeûner en toute confiance, je serai complètement tranquille !

Vous trouverez toutes les informations sur les stages et les pratiques de Marion et Roman sur leur site : enequilibre.org­

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Et si vous faisiez tout vous-même?
Trucs et astuces de santé
Mon cahier de Lithothérapie pour soigner les enfants avec les pierres
Maux d'enfants, poussées dentaires, rhumes, poux...