L’ortie...

... la panacée reminéralisante
Rubrique

Oubliez son aspect agressif et ses effets urticants : c’est un véritable trésor pour votre santé.

Riche en vitamines, en oligo-éléments, en flavonoïdes, en chlorophylle… L’ortie est un véritable cocktail de principes actifs qui expliquent ses usages ancestraux autant que ceux que la science a pu démontrer plus récemment. Elle est à la fois anti-infectieuse et dépurative, antirhumatismale et diurétique, et c’est un reminéralisant hors pair ! On l’emploie donc en prévention ou comme remède naturel (si besoin en complément d’un traitement médical) en cas de troubles digestifs, transit intestinal irrégulier, rhumatismes, ostéoporose, infections urinaires… Et, depuis quelques décennies, on lui attribue un intérêt tout particulier en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate.

Pour la prostate

En cas de troubles de la prostate, n’hésitez pas à lui faire confiance. En effet, depuis les années 1980, plusieurs études sont venues confirmer que l’ortie pouvait être très utile pour limiter les ennuis urinaires des messieurs d’âge mûr (les études ont porté sur plus de 15 000 cas d’hommes et sont donc nettement significatives). On utilise pour cela de l’extrait de racine, sous forme de gélules ou de comprimés, commercialisés en magasins de produits naturels, en parapharmacies ou en pharmacies. Ou bien faites votre teinture-mère (que vous pouvez aussi acheter) et prenez-en 50 gouttes matin et soir. Si vous vous relevez trois ou quatre fois la nuit pour aller aux toilettes, ça vaut la peine d’essayer.

L’ortie mode d’emploi

Les nouvelles pousses arrivent au début du printemps et il ne faut pas hésiter à en mettre dans vos salades. Vous les cueillez avec des gants, vous les lavez à l’eau puis les assaisonnez : la vinaigrette supprime le « piquant » des feuilles. Vous pouvez également les cuisiner comme les épinards. On peut aussi utiliser l’ortie en tisane. Pour cela, récoltez des feuilles et faites-les sécher à l’ombre, tout simplement. Dans 1 litre d’eau qui vient de bouillir, versez deux bonnes poignées de feuilles sèches. Laissez infuser 10 à 15 minutes. Filtrez. Réchauffez sans faire bouillir avant de servir. 

Pour les problèmes de prostate, vous pouvez préparer une décoction de racines : dans un litre d’eau bouillante, versez deux bonnes poignées de racines sèches en morceaux. Laissez bouillir 10 minutes. Filtrez. 

Prenez-en, dans un cas comme dans l’autre, deux à trois tasses par jour. Bien entendu, vous pouvez aussi choisir la simplicité et prendre des compléments alimentaires (gélules ou comprimés à avaler avec un verre d’eau).

Et on se frictionne !

Voici l’extrait d’un courrier que m’a envoyé une lectrice : « Pour combattre l’arthrose des mains : l’ortie ! Brasser les mains dans une touffe d’orties… Oui… Souvent… Courage ! »
Cet usage de l’ortie comme antirhumatismal par voie externe est bien connu dans les campagnes où l’on n’hésite pas à frictionner ses articulations douloureuses avec des orties. L’abbé Kneipp, phytothérapeute allemand du XIXe siècle réputé pour sa sagesse et son approche sensée des médecines naturelles, n’hésitait pas à conseiller cette solution étrange aux personnes qui souffraient de rhumatismes rebelles à tout traitement...
Il en parlait ainsi : « Chaque jour, pendant quelques minutes, frottez avec des orties fraîches les parties souffrantes. La peur, inspirée par cette verge inusitée, fera bientôt place à la joie de sentir votre état s’améliorer. »

*

 

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les 3 clés de la santé
Grossesse et allaitement sans soucis
Les remèdes homéopathiques qui guérissent
Mon manuel de sorcière