Le syndrome du truman show

ou quand la technologie rend parano
Rubrique

Vous avez l’impression d’être surveillé en permanence par des caméras cachées ou que vos proches ne sont en réalité que des comédiens qui jouent un rôle ?
Si tel est le cas, vous souffrez probablement du syndrome du Truman Show !

Ce syndrome* fait référence à un film célèbre, « The Truman Show », dans lequel le personnage central, Truman Burbank incarné par l’acteur Jim Carrey, découvre à l’âge de 30 ans qu’il est en réalité le personnage d’une émission de téléréalité et ce, depuis sa naissance. Des caméras cachées filment 24 heures sur 24 sa vie routinière à son insu et tous les protagonistes de la petite ville dans laquelle il vit, dont sa famille, sont des comédiens rétribués qui jouent le rôle qui leur est attribué au gré d’un scénariste manipulateur caché en coulisses. La découverte de cette gigantesque manipulation représente un bouleversement total pour Truman et provoque la remise en cause de sa vie tout entière.

Une maladie psychiatrique…

Ce qui aurait pu ne rester qu’un excellent film en 1998, critique sans concession de notre société du spectacle et du « Big Brother », est devenu depuis 2002 une maladie psychiatrique à part entière sous l’impulsion de deux frères psychiatres qui en ont fait une description précise dans un article intitulé « Psychose au Village global ». Plus d’une centaine de cas ont déjà été répertoriés aux États-Unis et beaucoup d’autres en Europe.

… aux épisodes délirants

Ceux qui souffrent de ce syndrome s’estiment donc espionnés en permanence et manipulés. Pire, certains citent même parfois Truman Burbank comme référence. L’un d’entre eux était persuadé que les attentats du 11 septembre 2001 à New York n’étaient pas réels et faisaient partie du « show », allant même jusqu’à se rendre à New York pour en être sûr. D’autres, persuadés que leur entourage n’est fait que de comédiens qui jouent un rôle, insistent pour rencontrer le metteur en scène de leur vie filmée ou sont persuadés qu’on leur a implanté des caméras dans les yeux !

Persécution

*

Tout n’est donc qu’illusions pour le patient. Il n’y a pas de limite dans l’intensité des troubles, au gré de son imagination, de son environnement culturel et de sa vie passée. Dans tous les cas, l’impression de persécution est patente. Et lorsque l’interlocuteur (ou le psychiatre) doute de la véracité du « show » ou remet en cause le complot dont le patient serait victime, il lui est alors facile de prouver qu’il existe des caméras (webcam) et des écrans (portable, tablette, ordinateur, téléviseur…) tout autour de lui et que les téléréalités existent, sans parler des émissions de caméras cachées et autres « Surprise sur prise ». Vous l’aurez compris, le malade va instrumentaliser et interpréter à son avantage tous les évènements du quotidien en leur donnant un sens caché. 

Internet…

Ce trouble a de beaux jours devant lui, société digitalisée et téléréalité obligent, sans parler de notre propension devenue banale à filmer ou photographier notre quotidien sans distinction ni retenue. Les psychiatres estiment donc que le nombre de cas devrait exploser dans les années à venir. Au premier rang des accusés, Internet bien entendu qui contribue à développer une certaine paranoïa chez les utilisateurs, persuadés qu’on les espionne derrière l’écran ou à travers la webcam, même éteints. Autres responsables tout désignés, les films d’anticipation (comme The Truman Show) ou de science-fiction qui ont abondamment traité les sujets de l’immiscion de la technologie dans la vie privée.

… et psychiatrie

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les compléments alimentaires à l’épreuve de la science
Mon cahier d'homéopathie
Mon cahier de lithothérapie
Les clés de l'alimentation santé