Lavande aspic - Lavandula spica, Lavandula latifolia

L’huile essentielle : SOS piqûre et brûlure
Rubrique

Haaaa l’été ! Ses barbecues, ses coups de soleil, ses insectes piqueurs, ses méduses ! Un rôle sur mesure pour l’huile essentielle de lavande aspic appliquée pure ou diluée dans une huile végétale sélectionnée.

Mode d'emploi super pratique

Piqûre, infection cutanée, bouton d’acné :

1 goutte pure sur la zone agressée, 2 à 3 fois dans la journée.

Brûlure : 

Passez 15 mn sous l’eau froide. Puis, si petite taille (= 1 pièce de 1 euro) : 1 goutte pure sur la zone agressée, 3 à 5 fois dans la journée, et 2 fois le lendemain si besoin. Au-delà, 1 à 3 gouttes dans de l’huile végétale de millepertuis (attention, pas d’exposition solaire ensuite ! Sinon prenez de l’huile végétale de calendula), 3 à 5 fois dans la journée, et 3 fois le lendemain si besoin.

Morsure :

Une fois la plaie lavée à l’eau et au savon, 2 gouttes pures toutes les heures jusqu’à 5 fois le premier jour, 2 fois les 2 jours suivants.

Engelure, gerçure  :

1 goutte dans 2 gouttes d’huile végétale de germe de blé, 3 fois par jour.

Psoriasis :

3 gouttes dans 5 gouttes d’huile végétale de bourrache, 3 fois par jour.

Irritation du rasage :

1 goutte dans de l’huile végétale de calendula.

*

Généralité

⇒ Bien plus anti-inflammatoire et antalgique que la lavande officinale.

Super anti-brûlure (feu, soleil, barbecue…)

Super anti-piqûre (insecte, plante, méduse…) 

Cicatrisante et « bonne pour la peau » (mycose, acné, psoriasis, escarre, eczéma, ampoule, herpès, zona, varicelle, plaie, morsure…)

Bonus : très honorable en massage anti-rhumatismes et crampe, mal de tête, bronchite, sinusite, otite

*En revanche, un peu plus délicate à utiliser en raison de son 1,8 cinéole (évitez chez les femmes enceintes, allaitantes et les enfants de moins de 3 ans, et prudence en cas d’asthme)

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Dépression. Le mensonge des antidépresseurs... et les vraies pistes de guérison
Mon cahier des Fleurs de Bach
Produits chimiques : l'overdose
Mon cahier de gemmothérapie