Les douleurs du tendon d'Achille

Comment faire le diagnostic ?
Rubrique

Chacun connaît l’emplacement de son tendon d’Achille. Bien que très épais, ce tendon demeure fragile et de nombreuses pathologies le menacent, de la simple tendinite à la rupture.

Le tendon d’Achille est le plus imposant de tous de par sa taille – 6 mm d’épaisseur pour une longueur de 12 à 15 cm – et ses performances – 400 kg de tension avant la rupture, soit 5 à 6 fois le poids du corps. Au-delà d’un allongement de 4 % de sa taille initiale, il est déformé « à vie ». Ce tendon relie le gros muscle du mollet (triceps sural) à la face postérieure du talon (calcanéum). Il sert de courroie de transmission permettant au mollet d’imprimer la marche, la course et les sauts. Pour autant, il peut se rompre, surtout lorsqu’une pathologie l’a fragilisé.

Douleur

Dans la plupart des cas, les pathologies du tendon d’Achille se traduisent par une douleur. L’examen clinique et la nature de la douleur permettent d’orienter le diagnostic.

De la tendinite…

La tendinite d’Achille est la plus fréquente des pathologies touchant ce tendon. Survenant lors d’un effort inhabituel ou répété (sport, marche…), elle se manifeste par une douleur apparaissant au début, pendant et après l’effort. Reproductible à la palpation, lors de la contraction du mollet ou lors de la flexion dorsale du pied, la douleur va s’accentuer si rien n’est fait. Dans certains cas, des fibres peuvent même se rompre, laissant la place à des petits nodules douloureux.

Traitement : repos strict, antalgiques, anti-inflammatoires en massage ou gel, et kinésithérapie. Côté huiles essentielles, celle de gaulthérie s’avère très efficace.

… à la rupture

Si la rupture ne passe jamais inaperçue, elle s’avère rarement très douloureuse. Il s’agit plutôt d’une douleur postérieure brutale et sourde, parfois confondue avec une entorse de cheville. Le pied est tombant (chute possible) et la montée des escaliers devient difficile. Le tendon peut se rompre lorsqu’il a été fragilisé par une tendinite négligée, par des infiltrations intratendineuses de corticoïdes ou après traitement par les antibiotiques de la famille des quinolones. La rupture peut se faire également sur un tendon sain, lors des contractions du mollet couplées à un appui brutal type départ de sprint. À la palpation, le tendon semble interrompu à l’endroit de la rupture (encoche).

Traitement : chirurgical.

Péritendinite

Le tendon coulisse dans une gaine, ou péritendon, le tout dans une double aponévrose lubrifiée par un liquide protecteur, l’ensemble lui permettant de glisser aisément. Le péritendon peut s’inflammer. On parle alors de péritendinite ou de ténosynovite. Elle se manifeste par une sensation de crissement ou de crépitation à la palpation. Contrairement à la tendinite, la péritendinite se traduit par une rougeur, une chaleur de la peau et un œdème.

Traitement : comme pour une tendinite.

Bursite

À l’instar de la double aponévrose lubrifiée, le tendon est pourvu en avant et en arrière de petites bourses séreuses facilitant le coulissement qui peuvent également s’inflammer. Ces « bursites » se manifestent par des douleurs devant ou derrière le tendon, assez proches du lieu d’insertion du tendon d’Achille sur le calcanéum. Comme dans le cas des péritendinites, elles s’accompagnent d’un œdème et d’une rougeur au niveau de la peau. Le diagnostic de certitude passe par une échographie.

Traitement : la ponction de la bourse amène le soulagement, de même que l’infiltration prudente d’anti-inflammatoires. La chirurgie est parfois nécessaire pour vider la bourse.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Spasmophiles ? Libérez vos émotions !
Mon herbier des feuilles d’arbres... des campagnes et des forêts.
Mon cahier de tisanes