Pour un vieillissement en bonne santé, misez sur le glutathion !

Mes conseils pour augmenter vos taux de glutathion
Rubrique

Vous voulez améliorer votre potentiel antioxydant, renforcer vos capacités de détoxification, soutenir vos défenses naturelles, mieux protéger votre foie, votre cerveau, vos poumons, vos artères et vos yeux, et même freiner le processus de vieillissement ? Vous disposez pour cela d’un allié incontournable : le glutathion, un antioxydant injustement méconnu, que je me propose de vous faire découvrir dans cet article. 

Le plus populaire des antioxydants est sans conteste la vitamine C. Une popularité écrasante qui fait de l’ombre au glutathion. Plutôt regrettable dans la mesure où le glutathion n’est rien moins que le principal antioxydant de l’organisme ! Les Anglo-Saxons le qualifient de master antioxydant (« maître antioxydant »). Bref, il s’agit d’une sorte de roi sans couronne exerçant en toute discrétion ses nombreux pouvoirs, comme celui de régénérer… la vitamine C oxydée !

C’est quoi, le glutathion ?

Biochimiquement parlant, le glutathion est une petite protéine que l’organisme synthétise à l’intérieur de ses cellules à partir de trois acides aminés : l’acide glutamique, la glycine et la cystéine, cette dernière étant la plus importante, mais aussi la moins disponible. Voilà pourquoi une supplémentation en cystéine sous forme de N-acétylcystéine (NAC) a pour effet d’améliorer les taux de glutathion. 

Ses trois principales vertus

Vertu n°1 

⇒ Le glutathion aide à réduire le stress oxydatif

Le fer qui rouille, le beurre qui rancit, la pomme coupée en deux dont la chair brunit rapidement, autant d’exemples d’effets visibles de l’oxydation. Notre corps n’y échappe pas : lui aussi « rouille » de l’intérieur. Ce phénomène inéluctable se révèle particulièrement abrasif pour nos cellules, dont il dégrade progressivement les constituants (lipides, protéines, mitochondries, ADN). Bref, les cellules sont de véritables champs de bataille opposant les oxydants que sont les « radicaux libres » aux antioxydants chargés de les neutraliser.

Quand le rapport de force penche en faveur des radicaux libres, on parle alors de « stress oxydatif », lequel prépare le terrain à l’apparition de pathologies chroniques et dégénératives, tout en accélérant le vieillissement. Le glutathion intervient pour limiter les dommages causés par le stress oxydatif et par là-même, pour ralentir le vieillissement cellulaire. C’est pourquoi on le considère, par extension, comme un « anti-âge ». Problème : avec l’avancée en âge, les niveaux de glutathion s’amenuisent. Le déficit en glutathion peut ainsi atteindre 50 % chez les personnes de plus de 65 ans.

Vertu n°2 

⇒ Le glutathion aide à désintoxiquer l’organisme

Autre point fort du glutathion, il participe activement à la neutralisation et à l’élimination des xénobiotiques (substances étrangères à l’organisme). Parmi ses cibles favorites figurent le mercure, le cadmium, l’aspartame, le paracétamol et les composés toxiques issus de la combustion incomplète du tabac, du diesel et des viandes grillées. Cet indispensable travail de détox commence dans les cellules, mais s’effectue surtout dans le foie, véritable usine de dépollution interne. Ce n’est donc pas pour rien que les concentrations de glutathion sont de sept à dix fois supérieures dans le foie que partout ailleurs dans l’organisme. 

Vertu n°3 

⇒ Le glutathion stimule l’immunité et s’oppose à l’inflammation chronique

Un essai clinique récent a apporté la confirmation que le glutathion stimulait bien l’immunité. La prise quotidienne de 500 mg ou plus de glutathion liposomal s’est soldée, au bout d’une à deux semaines, par une diminution des marqueurs du stress oxydatif et un renforcement de l’immunité (prolifération des lymphocytes T, activité accrue des cellules tueuses naturelles) (1).

En outre, le glutathion aide à diminuer l’inflammation chronique à bas bruit en jugulant la production de composés immunitaires pro-inflammatoires. Il parvient à ce résultat en bloquant la voie inflammatoire majeure, autrement dit la voie NF-kappaB.

Mieux vaut ne pas en manquer !

Un déficit persistant en glutathion peut être l’une des causes sous-jacentes ou aggravantes de nombreux problèmes de santé affectant différentes sphères, notamment :

La sphère neuropsychique : dépression, schizophrénie, autisme, TDAH, déclin cognitif, Alzheimer, Parkinson ;

La sphère cardio-vasculaire : athérosclérose, attaques cardiaques ;

La sphère respiratoire : apnées du sommeil, asthme sévère, emphysème.

Autres affections associées à des taux abaissés de glutathion : glaucome, cataracte, hypofertilité masculine, infections virales, maladie de Lyme, mucoviscidose…

Les solutions indirectes

Alimentation 

Apports suffisants en cystéine.

⇒ Parmi les trois briques élémentaires nécessaires à la fabrication du glutathion, la moins disponible et donc la plus recherchée, est la cystéine, dont les sources alimentaires les plus intéressantes sont les viandes, les poissons, les œufs, les crucifères, l’ail, l’oignon, les noix et la levure de bière.

⇒ À travers le cycle de la méthylation, l’organisme produit aussi de la cystéine à partir d’homocystéine, à condition que le foie ne soit pas malade et qu’il n’existe pas de carences en vitamines du groupe B, notamment en vitamines B6, B9 et B12 (2).

Supplémentation

N-acétylcystéine, vitamine C et phyto-ingrédients activateurs de la voie Nrf 2. 

Les solutions directes

Pourquoi ne pas aller au plus simple en se supplémentant directement en glutathion ? Oui, mais... le « mais » en question étant que le système digestif prend un malin plaisir à décomposer systématiquement le glutathion en ses éléments de base. Son absorption directe sous sa forme intégrale est donc impossible. Inutile de dire que cela a longtemps freiné le développement du glutathion en tant que complément alimentaire. La mise au point de nouvelles formes galéniques a cependant permis d’améliorer considérablement la biodisponibilité du glutathion.

Notes :

(1) Sinha R et al, Oral supplementation with liposomal glutathione elevates body stores of glutathione and markers of immune function, Eur J Clin Nutr, 2018
(2) Les personnes excessivement portées sur l’alcool abîment leur foie et « brûlent » plus de vitamines B6, B9 et B12 que les autres.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Spasmophiles ? Libérez vos émotions !
Mon herbier des feuilles d’arbres... des campagnes et des forêts.
Mon cahier de tisanes