Soif intense et angoisse la nuit, des pistes...

Rubrique

Des personnes ont souhaité répondre à Mme B. de Dordogne (demande parue sous la rubrique des Lecteurs en détresse dans le n° 237). Cett e dame a 60 ans et est réveillée la nuit par une importante sensation de soif (très forte chaleur au niveau de l'estomac jusqu'à la bouche), accompagnée d'une angoisse terrible allant jusqu'à la peur d'en mourir.

Arrêter le sucre

« J'ai passé quelques années à me réveiller la nuit avec soif, angoisse et tension dans les jambes. Je me suis rendu compte que cela venait de ma consommation de sucre. Si j'arrête le sucre dès 17 heures et surtout si je ne mange pas de dessert le soir, ni de douceur devant la télé, je n'ai pas d'angoisse, ni de tension dans les jambes et j'ai moins besoin de boire. Mes nuits sont meilleures. J'espère que mon témoignage pourra vous aider. »

Mme P. de l'Hérault

Alimentation et dérèglement

« Si cette personne est maigre et a perdu l’appétit, elle est en déficit de glucose et son cerveau lui envoie un message depuis des années, les corps cétoniques libérés la nuit ne lui suffisent plus, un faux message est envoyé vers l’estomac. Quelques pistes : manger des céréales, du pain intégral et des fruits frais, rééquilibrer son alimentation. Faire contrôler son taux de vitamine K. Peut-être y a-t-il un dérèglement de son pancréas et de l’insuline, dans les deux cas, cette lectrice devrait consulter et orienter son médecin. »

Monsieur P. des Bouches-du-Rhône

Pancréas, foie ?

« À première vue, cette dame a peut-être des problèmes d'insuffisance hépato-pancréatique. N'étant pas hygiéniste, je peux me tromper, mais la soif intense peut être synonyme de pancréas affaibli, et les réveils nocturnes relèvent d'un problème hépatique en principe. Le mieux pour cette lectrice serait de rencontrer un iridologue pour déterminer l'état de son terrain et d'éventuels problèmes fonctionnels ou organiques. Nous ne connaissons pas son parcours "maladies" depuis son enfance ni celui de ses géniteurs qui pourrait expliquer l'état actuel dans lequel elle se trouve et doublé d'angoisse nocturne. Il y a peut-être eu aussi des chocs moraux pour ses parents pendant la guerre. Vu son âge, cette génération a le retentissement de cette horrible période. L'ouvrage de Danièle Laufer intitulé Venir après – Nos parents ont été déportés explique bien ce problème de traumatismes d'après-guerre. »

Mme G. des Vosges

Mots-clés

Découvrez nos livres santé

Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent
Mon cahier de recettes kombucha et kéfir
Plantes Sauvages Comestibles
Mon cahier de remèdes au bicarbonate