Indispensables oignons

Rubrique

Peu exigeants, faciles à cultiver et à conserver, productifs, bons pour la santé… Les oignons n’ont que des qualités !

UNE VIVACE
L’oignon (Allium cepa) est une vivace de la famille des Liliacées, cultivée par l’homme depuis au moins 5 000 ans et sans doute originaire d’Asie centrale.
Les feuilles sont creuses (excellentes quand elles sont fraîches), les fleurs, magnifiques, surprennent par leurs coloris blancs, mauves ou presque bleus… C’est le bulbe semi-enterré qui est consommé.
Avec environ 44 millions de tonnes produits dans le monde, ce légume vient en deuxième position derrière la tomate et a séduit les hommes de tous les continents.

BONNE POUR LA SANTÉ
Légume diurétique, anti-infectieux et stimulant pour le système immunitaire, riche en antioxydants et en vitamines A, B et C, ce légume est sans doute le meilleur ami du foie et du pancréas, son action est bénéfique sur le système cardiovasculaire, et c’est sans compter ses qualités gustatives...

SEMER OU PLANTER ?
> Si la plantation de bulbilles est plus facile, le semis, lui, permet de choisir parmi un plus grand nombre de variétés, assure une meilleure conservation, mais on obtient de moins gros bulbes.
> Plantation ou semis se font de préférence en lune décroissante.
> On sème au printemps, de février à avril, en commençant par les variétés blanches plus précoces. La récolte s’échelonne tout l’été.
Le semis sera éclairci deux fois : une première fois à 2 mois, laissez 5-6 cm entre les plants, puis, un mois après, pour atteindre l’écartement définitif qui varie de 12 à 15 voire 20 cm en fonction de la grosseur du bulbe attendu.
> La plantation en mars-avril se fait à partir de petites bulbilles, les plus grosses risquant de monter à graine trop tôt. Comptez 12-15 cm d’espacement sur le rang et 20-25 cm entre les rangs, pour éviter les maladies cryptogamiques en année humide et les difficultés de désherbage. Mettez la bulbille en terre bien ressuyée, le plateau racinaire vers le bas et la pointe vers le haut, recouvrez d’1 cm.

QUEL TYPE DE  SOL ?
Le sol doit être bien drainé et aéré, évitez les sols acides. L’oignon ne craint pas le froid jusqu’à -10 °C. Si le sol a gelé, ne bousculez pas la plante, le dégel se fera doucement et en principe sans dégât. N’apportez pas d’engrais. L’irrigation n’est en principe pas nécessaire, sauf situation exceptionnelle de sol sec en début de culture.

FAUT-IL APPORTER DU COMPOST OU DU FUMIER ?
L’année de plantation, surtout pas. La matière organique risque de maintenir l’humidité au voisinage des bulbes et de favoriser les maladies cryptogamiques (botrytis, mildiou, pourritures diverses). On constate aussi qu’elle constitue un excellent support pour la mouche de l’oignon et diminue l’aptitude à la conservation. Dans la rotation, il est nécessaire de prévoir, l’année précédente, une bonne fumure. En sol très pauvre, apportez éventuellement un peu de cendres de bois ou de la poudre de roche riche en potasse et en phosphore.

L’EMPLACEMENT ?
L’exposition ensoleillée et aérée est indispensable. Le voisinage de grandes plantes ne convient pas, de même que la présence de mauvaises herbes.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Bien manger sans cuisiner
L'Alimentation santé en pratique
Les 3 clés de la santé
Le Guide du thé vert