La clim... naturellement…

Rubrique

Vous souffrez de la chaleur? Et vous ne voulez pas recourir à l’air conditionné, trop énergivore et source de gaz à effet de serre? Heureusement, il existe bien d’autres solutions naturelles pour se rafraîchir, de la plus simple à la plus complexe.

Emmanuel Thevenon

L’été arrive et, avec lui, le spectre d’une nouvelle canicule. Rappelez-vous, en 2003 les températures ont dépassé les quarante degrés centigrade. Cette vague de chaleur étouffante fut à l’origine du décès prématuré de 15 000 personnes. Un avant-goût probable du réchauffement en cours de la planète... Par précaution, l’année suivante, les consommateurs se sont rués sur les climatiseurs. Depuis, le réflexe «climatisation» semble s’être installé dans les esprits.
Problème : sensés nous soulager de la chaleur, ces matériels participent aussi au réchauffement de la planète. Ils fonctionnent en effet avec des fluides frigorigènes à base d’hydrofluorocarbones (HFC), substances à pouvoir de réchauffement 1 300 fois plus élevé que celui du CO2, le plus connu des gaz responsables du changement climatique... Rappelons aussi que les climatiseurs consomment beaucoup d’électricité et peuvent développer et répandre la légionellose. Heureusement, d’autres solutions existent. On oublie trop souvent que quelques techniques simples peuvent être adoptées lors de la conception d’un bâtiment, ou par la suite, à travers des changements de comportements au quotidien, pour contribuer au confort en été.

CHANGER NOS COMPORTEMENTS
=> Fermez les volets dans la journée.
=> N’ouvrez pas vos fenêtres en plein jour.
=> Éteignez autant que possible tous les appareils fonctionnant à l’électricité.
=> Évitez de faire fonctionner votre four.
=> Délaissez le sèche-linge.
=> Humidifier le carrelage, par exemple, en passant une serpillière non essorée.
=> Brasser l’air avec un ventilateur de plafond.
=> Ventilez la nuit en ouvrant les fenêtres sur deux faces opposées.
=> Portez des vêtements amples et légers.
=> Buvez abondamment.
=> Asseyez-vous sur des chaises ajourées si possible en bois ou métalliques.
=> Dormez dans un hamac.

LA CLIM' EN VOITURE
Limitez au maximum la climatisation sur les petits déplacements, la surconsommation du véhicule à ce moment atteint 50%. Sur les déplacements plus longs, réduisez votre vitesse de 20%. C’est l’équivalent de la surconsommation liée au fonctionnement de la climatisation. Malheureusement, il existe peu de réelles alternatives à la climatisation automobile.

Mais on peut toujours :
=> choisir une voiture de couleur claire,
=> éviter les sièges en skaï et en cuir,
=> installer des pare-soleil,
=> faire poser des films teintés sur toutes les vitres sauf le pare-brise (interdit). Ils permettent une baisse de la température de près de 10°C et stoppent quasiment tous les UV,
=> installer des aérateurs de vitrage fonctionnant à l’énergie solaire. Très utiles à l’arrêt du véhicule, ils ont l’avantage de ventiler en permanence l’habitacle,
=> dans les caravanes et les camping-cars, installer un rafraîchisseur par évapora- tion indirecte. Un procédé très efficace, écologique, produisant du chaud et du froid, mais assez onéreux (environ 1 650 euros l’installation),
=> enfin, on peut prendre le train...

Adresses utiles :

La société Oxycom est spécialisée dans les rafraîchisseurs par évaporation indirecte pour camping-car. www.oxy-com.com
Glastint, traitement de vitrage pour automobile. www.glastint.com

INVESTISSEZ
La période de chaleur se poursuit? Vous n’en pouvez plus.
=> Installez des auvents, des stores extérieurs devant vos fenêtres et vos baies vitrées.
=> Peignez en blanc votre façade exposée en plein soleil.
=> Installez des brumisateurs pour plantes d’appartement, des brumisateurs de table ou des fontaines à ruissellement qui rafraîchiront l’air intérieur.
=> Vous pouvez également acheter un rafraîchisseur d’air. Reprenant la technique du drap mouillé devant une fenêtre, cet appareil électrique permet d’abaisser la température de l’air d’une pièce et d’apporter ainsi une sensation de bien-être.

L’ENVIRONNEMENT VÉGÉTAL
Pensez aux plantes. Mettez-en partout. À l’intérieur de votre maison, mais aussi à l’extérieur. Si elles sont suffisamment abondantes et denses, elles augmentent l’humidité de l’air, créant un microclimat plus frais.
Recouvrez les murs les plus exposés à la chaleur avec des plantes grimpantes, persistantes ou caduques. Il est aussi possible de faire grimper les végétaux sur un support, comme une treille.

ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE
Si vous comptez bâtir ou faire bâtir votre maison, suivez les principes de l’architecture bioclimatique: construction semi enterrée au Nord et orientation des pièces à vivre au Sud, avec une protection particulière contre la chaleur. Préférez des doubles vitrages anti-émissifs (avec une lame d’argon), installez vos fenêtres en retrait (donc sur le mur intérieur) et prévoyez des balcons ou des avancées de toiture («casquettes») afin d’éviter la pénétration des rayons du soleil l’été. Isolez les murs et la toiture en conséquence avec des produits naturels (perlite, liège expansé, laine de mouton, laine de cellulose, chanvre, paille, etc.). Le plus efficace est d’isoler la maison par l’extérieur, afin de bénéficier de l’inertie thermique des murs et de leur rôle de régulateur de l’hygrométrie de l’air intérieur. Pour les toits plats ou peu inclinés (- de 25%), la toiture végétale est enfin la solution la plus élégante. Cette couverture est généralement plantée de sédum, une plante très résistante à la sécheresse. Elle est très efficace contre la pénétration de la chaleur extérieure tout en limitant le ruissellement des eaux de pluie. Et en plus c’est beau…

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Diététique de l'expérience
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel
Grossesse et allaitement sans soucis
Mon cahier des points qui guérissent