La cuisine des estomacs sereins

Rubrique

Notre estomac a une lourde tâche à accomplir chaque jour, et même plusieurs fois par jour : l’alléger un peu ne peut que l’apaiser, tout en travaillant à la finesse de notre ligne et en préservant notre santé… puisqu’on retrouve, en filigrane de ses conseils, les grandes lignes du régime Seignalet.

Car de quoi s’agit-il en fait ? Laisser de côté les gras (surtout d’origine animale), les produits laitiers ou les sodas, et faire la part belle aux fruits et légumes (à l’exception des tomates et des agrumes dont on craint l’acidité) ou encore au soja… Et manger lentement, et tranquillement, ce qui permet en plus de mieux apprécier les gourmandises qui composent nos menus !
Quelle belle saison que l’été sur les marchés ! Et que d’occasions de remplir son panier de ces fibres qui ne veulent que du bien à notre estomac ! La récolte est riche, colorée et bien savoureuse. Côté potager, ce sont des artichauts, des aubergines, des carottes et du céleri, des concombres et des fenouils, des haricots verts et des petits pois, des radis et des salades de toutes sortes… Sans oublier les herbes fraîches de saison.
Côté verger, voici les abricots, les beaux fruits rouges (cerises, framboises, cassis, groseilles, mûres…), les melons et les pastèques, les pêches, nectarines et autres brugnons juteux, les prunes puis les mirabelles… Au rayon exotique, on va découvrir les bananes plantains, faire quelques réserves de gingembre frais et de piment chili.
On complète les courses de quelques amis de notre estomac (un pot de miel, quelques légumes fermentés comme de la choucroute, encore des fruits avec des bananes et des pommes, un paquet de riz, des tofus, un peu de poisson…) et c’est parti pour la cuisine !

QUELQUES COURSES AVEC VOUS, LES CONSEILS D'ANNE DUFOUR
ALOÈS
On le connaît bien en tant qu’ingrédient hydratant et apaisant dans les cosmétiques. On a trop tendance à oublier que sa pulpe ou le jus de ses feuilles peuvent aussi représenter un complément alimentaire de choix, riche en vitamines, sels minéraux, acides aminés et principes actifs très bénéfiques. L’aloès se révèle ainsi excellent cicatrisant des muqueuses, anti-inflammatoire et de nature à renforcer les défenses immunitaires. Particulièrement recommandé en cas de troubles digestifs récurrents, il peut avec intérêt être consommé, à raison de 2 à 3 cuillerées à soupe, 2 à 3 fois par jour, mélangé dans un verre d’eau, éventuellement adouci de miel (son goût au naturel étant plutôt amer). À choisir toujours bio, dans les boutiques de produits naturels.

BANANES PLANTAINS
Bien différentes des bananes fruits, les bananes plantains peuvent sembler un peu déconcertantes à première vue : bien plus grosses, à tendance verte et dures, la peau épaisse et peu engageante (couleur non uniforme, aspect fendillé…), impossible à croquer crues du fait de leur haute teneur en amidon, utilisées plutôt en guise de légume… Elles sont pourtant riches en vitamines (A, B, C) et en potassium, et très bonnes, tant pour nos palais que pour nos estomacs. Peu importe leur apparence (ce n’est pas un critère de choix pour de «bonnes» bananes), elles se conservent facilement à température ambiante, et font figure de parfaits accompagnements pour les poissons et les viandes blanches. Il est souvent conseillé de les faire cuire dans un bain de friture, ce qui est bien dommage puisque cela handicape considérablement leurs intérêts nutritionnels. Mieux vaut les attendrir à la vapeur ou au four, entières dans leur peau, et les accommoder ensuite, en purées, gratins ou sautés…

CHICORÉE
La publicité disait d’elle que c’était un trésor de bienfaits, et pour une fois, elle n’avait rien d’exagéré. Dans «Les plantes qui guérissent», Sophie Lacoste nous rappelle que déjà dans l’Antiquité, Dioscoride la conseillait pour fortifier l’estomac… Dépurative et favorisant la digestion, elle a aussi la remarquable propriété d’abaisser l’index glycémique d’un repas. Elle peut se consommer en salade (mélangée à d’autres feuilles, son amertume étant assez marquée), en décoction, ou en poudre torréfiée en remplacement du café ou du thé du matin. Sur les marchés ou en magasins bio.

CHOUCROUTE CRUE
À la base, la choucroute, c’est du chou, le plus souvent blanc, qu’on a râpé puis fait fermenter pendant environ trois semaines. À l’arrivée, on obtient un légume délicatement acide, qu’on consomme le plus souvent cuit (la fameuse choucroute alsacienne !), mais qui est délicieuse et bien précieuse quand on la déguste crue. Pauvre en calories, riche en fibres, en sels minéraux et en vitamine C, elle constitue également (du fait du processus de fermentation) une source de probiotiques très appréciable pour le système digestif. La choucroute crue peut s’acheter au rayon frais des magasins bio, conditionnée en pot ou en bocal. Attention : la fermentation s’effectuant à l’aide de sel, le produit final en est généralement encore assez largement pourvu.

UNE JOURNÉE DE MENUS

Les repas qui plaisent à notre estomac sont légers, ce qui ne veut pas dire qu’il faut les sauter… À moins de tenter l’expérience d’un jeûne complet pendant quelques jours (ce qui peut être très bénéfique, mais évidemment relativement limité dans le temps), et même quand on redoute les douleurs de la digestion, il y a des étapes obligées, à tous les repas. Et d’autres qu’on peut envisager avec plus de distance, en fonction de son appétit ou de la forme du moment. Nous les avons indiquées, à chaque moment de la journée.

AU RÉVEIL
Un grand verre d’eau. Étape obligée. Par exemple, un verre d’eau de Vichy Saint-Yorre.

PETIT DÉJEUNER
Étape fruitée. Étape obligée. Pour les pressés du matin, ce sera simplement une banane ou une pomme croquée nature (la base apaisante de l’estomac). Un autre fruit, de saison (et le choix est vaste), pour la gourmandise, est bienvenu également pour la synergie des apports : mélanger les sources d’antioxydants et de vitamines les rend toujours plus performantes dans l’organisme.
Céréales et protéines. Étape à moduler. C’est la consistance du petit déjeuner, celle qui fait tenir jusqu’à midi sans fringales, et qui s’avale volontiers quand tout va bien, même si elle reste en quantités mesurées.
Idée recette : Blinis de tofu soyeux
Boisson, chaude ou froide. Étape obligée. Le corps a besoin d’être hydraté régulièrement, et particulièrement le matin après le «régime sec» de la nuit. Du thé vert (peu infusé) ou une tisane de feuilles d’angélique, de boldo, de réglisse ou de romarin, tous favorables à une digestion sereine. La chicorée, reconnue pour les mêmes propriétés, est aussi à redécouvrir.

EN-CAS
Étape à moduler. Il n’est pas obligatoire, mais peut constituer un mini repas d’appoint si le petit déjeuner s’est contenté de fruits.  Il s’accompagne toujours avec bonheur d’un verre de Vichy St-Yorre ou d’une tasse de tisane.

DÉJEUNER
Apéritif. Étape très conseillée. Pas d’alcool au programme, ni de jus de tomates. Non, ce qui est préconisé ici, c’est de prendre, 15 à 20 minutes avant le repas, 2 à 3 cuillerées à soupe de jus d’aloès (ou aloe vera) dans un verre d’eau.
Crudités. Étape obligée. Les fibres apparaissent des plus bénéfiques et même indispensables pour maintenir le système digestif en bonne forme. L’assiette de crudités en entrée du déjeuner fait donc figure de must incontournable, toujours aussi riche d’antioxydants et de vitamines. On fait une large place au chou cru, particulièrement sous sa forme fermentée, la choucroute.
Idée recette : Salade de choucroute crue
Protéines et légumes verts. Étape à moduler. Par protéines, on entend surtout tofu ou poissons maigres, éventuellement oeufs ou encore céréales complètes accompagnées de légumes secs pour un apport complet et très digeste. Tous s’entourent d’un bel assortiment de légumes cuits.
Idées recettes : Bars au fenouil - Purée de bananes plantains
Dessert. Étape toujours facultative. Les fruits, nature ou en salade (éventuellement parfumée de gingembre), sont toujours à privilégier si dessert il y a. Une tisane adoucie d’une cuillerée à café de miel peut aussi rendre le même service…
Boisson. Étape obligée… et eau de Vichy St-Yorre hautement recommandée!

GOÛTER
Étape recommandée. Presque indispensable si le déjeuner a été très léger, avec les mêmes éléments que pour l’en-cas du matin, arrosés de la même façon.

DÎNER
Apéritif. Étape très conseillée. Le même jus d’aloès que ce midi.
Potage ou salade. Étape obligée. L’été est particulièrement propice aux salades fraîches ou aux soupes froides, dont on peut abuser et que l’on peut varier sans modération.
Plat principal (le mal nommé). Étape à moduler. Une salade composée enrichie de cubes de tofu, ou une soupe complétée de céréales complètes ou de quelques légumes secs (lentilles, haricots mungo, pois…) peut tout à fait constituer le plat unique d’un dîner.
Idée recette : Riz fruité au gingembre
Dessert. Étape plus que jamais facultative. Un yaourt de soja pour apporter quelques protéines.
Boisson. Étape obligée. De l’eau, de l’eau, toujours de l’eau… de St-Yorre, toujours de préférence.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de gemmothérapie
Quelle contraception choisir ?
Mon cahier de botanique
Et si vous manquiez de vitamine D ?