La névralgie faciale

Rubrique

Élancements douloureux de la peau du visage, impression de broiement… la névralgie faciale est l’une des douleurs les plus mal supportées. Fort heureusement, de nombreux traitements existent.

La névralgie faciale (NF), qu’on appelle également névralgie du trijumeau, correspond à des douleurs apparaissant sur le territoire du nerf trijumeau. Rappelons que la tête et le cou sont innervés par une douzaine de paires de nerfs (12 nerfs de chaque côté), les nerfs crâniens. Le trijumeau en est la 5e paire. Issu du tronc cérébral, ce nerf composé de trois branches a pour fonction d’assurer la sensibilité et/ou la motricité du visage, du cuir chevelu, des dents, de la bouche et de la langue.

Progression lente

4 à 13 personnes sur 100 000 en seraient affectées, en majorité des femmes de plus de 50 ans. Au début, les douleurs sont d’intensité modérée et de courte durée (quelques secondes). Avec le temps, la maladie progresse en intensité, en durée et en fréquence des crises.

Compression vasculaire

La NF correspond à une irritation du nerf trijumeau sur son trajet. Identifier cette cause est important pour le choix du traitement. Schématiquement, la NF par irritation peut survenir dans deux grandes circonstances :
- Une compression nerveuse par un vaisseau.
- Une irritation lors de certaines pathologies : sclérose en plaques, tumeur, traumatisme du visage, infection…
Lorsqu’aucune cause n’est retrouvée, la NF s’apparente alors à une forme d’épilepsie du trijumeau où le nerf émet des influx douloureux sans raison. On parle alors de « névralgie essentielle du trijumeau ».

Des douleurs caractéristiques

Le diagnostic fait rarement débat, même si certaines pathologies peuvent être évoquées de principe (douleur d’origine dentaire ou maxillaire pure…). Les douleurs comportent selon les cas des élancements intenses sur un côté du visage, à type d’éclairs ou de décharges électriques, mais aussi des impressions d’arrachement ou de broiement, au niveau des lèvres, des joues, des mâchoires et des gencives.

Zone gâchette

Si les douleurs peuvent apparaître spontanément, elles peuvent aussi survenir lors de certains contacts ou circonstances particulières qui font parler de « zone gâchette » (trigger zone) caractéristique de la NF : sourire, se raser, se moucher, parler, mastiquer les aliments ou se brosser les dents. Enfin, les courants d’air, le froid ou le stress peuvent provoquer également des crises. Chaque crise douloureuse est suivie d’une période d’accalmie de plusieurs minutes.

Diagnostic clinique

Le diagnostic de NF est essentiellement clinique et repose sur la constatation de la nature des douleurs.

Les médicaments…

Les antalgiques classiques et les dérivés morphiniques sont inefficaces. Le traitement comporte en premier choix les médicaments antiépileptiques.

… Avant la chirurgie

En cas d’inefficacité du traitement médicamenteux, plusieurs interventions sont possibles et comportent chacune des indications précises :
- La thermocoagulation, qui consiste à détruire sélectivement une zone particulière du trijumeau (ganglion de Gasser).
- Le gamma-knife, qui consiste à bombarder le nerf trijumeau de rayons gamma.
- La destruction chimique du nerf par injection de glycérol.
- La compression du ganglion de Gasser par un ballonnet gonflable.
- La décompression vasculaire qui consiste à traiter le vaisseau sanguin responsable de la compression du nerf.

Et du côté des médecines alternatives ?

Plusieurs approches complémentaires ont démontré une certaine efficacité sur le traitement de la NF :
- L’hypnothérapie
- L’acupuncture
- La capsaïcine (actif du piment).

POUR EN SAVOIR PLUS
Association française contre l’algie vasculaire de la face : www.afcav.org

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de radiesthésie
Mon cahier de Baumes aux huiles essentielles
Autisme : un nouveau regard, causes et solutions
Mon cahier de recettes d'anniversaire pour petits poly-allergiques