La radiographie de l'abdomen sans préparation (ASP)

Rubrique

Douleurs abdominales, constipation, ingestion d’un corps étranger chez l’enfant, coliques néphrétiques… des situations médicales banales qui ne nécessitent pas un scanner ou une IRM en urgence… mais une simple radiographie de l’abdomen, qu’on appelle «radiographie de l’abdomen sans préparation», ou plus communément «ASP».

Les avancées technologiques en matière d’imagerie médicale n’ont pas encore envoyé nos bons vieux rayons X au placard. Si le scanner, le doppler, l’IRM ou le Pet-Scan sont devenus indispensables dans de nombreuses pathologies, la radiographie de l’abdomen sans préparation, ou ASP, demeure incontournable dans certaines situations. C’est un examen de première intention, car rapide (il ne prend que quelques secondes), simple (il ne nécessite aucune préparation comme son nom l’indique, et notamment pas d’injection ou d’ingestion de produit de contraste) et d’interprétation immédiate (les résultats sont connus dans les minutes qui suivent la fin de l’examen). Il ne nécessite qu’un simple appareil de radiographie. C’est l’un des examens de base lors d’une consultation dans un service d’urgence.

DE SIMPLES RAYONS X...

L’ASP consiste tout simplement à irradier l’abdomen avec des rayons X. En résulte une image radiographique qui va tenir compte des parties dites «molles» de l’abdomen, comme le tube digestif, les reins ou le pancréas par exemple, mais aussi des images des corps étrangers, des calculs urinaires, des masses graisseuses et du squelette (bassin et colonne vertébrale lombaire). L’ASP va montrer les clartés gazeuses dont la topographie peut orienter vers une pathologie particulière. L’ASP peut se pratiquer couché sur la table d’examen, comme debout. Selon les cas, des clichés de face ou de profil sont réalisés. Il n’est pas nécessaire d’être à jeun. Il est recommandé toutefois de ne pas trop manger ou de boire de grandes quantités de liquides juste avant. La grossesse est une contre-indication en raison des risques d’irradiation sur le fœtus.

... POUR DÉPISTER DES PATHOLOGIES ABDOMINALES

Douleurs abdominales. L’ASP permet parfois de diagnostiquer l’origine d’une douleur abdominale, un symptôme qui accompagne la grande majorité des pathologies digestives. De ce fait, l’ASP est pratiqué de façon systématique lors des douleurs abdominales, à plus forte raison lorsqu’elles sont aiguës.
Constipation. L’ASP révèle une accumulation inhabituelle de matières fécales dans le tube digestif.
Fécalome. Cette accumulation de matières fécales compactes au niveau du rectum apparaît sous la forme d’une image rectale granuleuse, voire opaque. Un fécalome se manifeste par une constipation opiniâtre et des douleurs rectales.
Occlusion digestive. Dans cette pathologie dont les origines sont diverses : simple arrêt «mécanique» du transit intestinal, tumeur, arrêt du transit sur une bride d’origine chirurgicale, étranglement de l’intestin (volvulus), appendicite..., l’ASP va retrouver des «niveaux liquides», autrement dit des images horizontales, sombres et strictement linéaires. Elles correspondent à l’accumulation de liquide dans les anses intestinales situées en amont de l’origine de l’occlusion. Un ASP pratiqué en position couchée permet de retrouver ces mêmes images de profil. Des images fréquentes également en cas de gastro-entérite ou après un alitement prolongé chez une personne âgée.
Calcul urinaire. Il se manifeste sur l’ASP par une petite image opaque et ronde de quelques millimètres de diamètre. Attention, la normalité apparente de l’ASP n’élimine pas nécessairement un calcul urinaire du fait de la petitesse du calcul, pas toujours visible, ou de la superposition d’éléments d’origine intestinale (gaz, matières fécales) qui vont «brouiller» sa visualisation. Dans certains cas, le calcul est transparent du fait de sa composition particulière et reste donc invisible à la radiographie.
Perforation de l’estomac. Une perforation de l’estomac, due le plus souvent à un ulcère, se manifeste par un épanchement d’air en dehors de la cavité digestive proprement dite. L’air contenu naturellement dans l’estomac sort par l’orifice de l’ulcère. Du fait de sa nature gazeuse, l’air remonte vers le haut et va se retrouver bloqué sous les coupoles diaphragmatiques. Cet épanchement gazeux, plus ou moins volumineux, se traduit par un croissant clair situé juste sous le diaphragme, d’un ou des deux côtés de l’abdomen.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Infections ORL : rhumes, angines, bronchites, grippe.
Faut bien mourir de quelque chose !
Mon cahier de bien-être aux 4 saisons
Cuisiner autrement en hiver