La sorcellerie en héritage

Sorcières - La Puissance invaincue des femmes
Mona Chollet
Éditions La découverte
256 pages
14 x 20 cm
18 €

Que nous révèlent les procès en sorcellerie du XVIe siècle sur notre monde contemporain et la vision des femmes dans notre société ? Contrairement au préjugé tenace qui assimile la persécution des sorcières à l’obscurantisme du Moyen-Âge, les procès en sorcellerie se sont multipliés à partir de la naissance de l’imprimerie avec la publication du Malleus maleficarum (Le Marteau des sorcières) en 1487, pour justifier la domination de la femme par l’homme depuis l’époque moderne jusqu’à aujourd’hui. Car, comme le montre la journaliste et essayiste Mona Chollet dans ce livre lumineux, « la sorcière est une femme qui tient debout toute seule ». Par la terreur de la chasse aux sorcières, les femmes ont été réduites à leur rôle de reproductrice, soumises dans l’ordre patriarcal à leur père puis à leur mari.

C’est pourquoi les mouvements féministes occidentaux ont repris dès l’origine, et surtout à partir de la fin des années 1960, le modèle de la sorcière pour revendiquer leur insoumission et leur autonomie. En s’appuyant sur de nombreux témoignages et notamment les textes de Guy Bechtel, La sorcière et l’Occident (1997) et de Silvia Federici, Caliban et la Sorcière, (traduit en France en 2004), ce livre analyse comment les chasses aux sorcières ont façonné nos représentations de la femme. Une virée pour reconnaître les origines de la stigmatisation contemporaine, aux différents âges de la vie : de la répression du désir d’autonomie des plus jeunes filles qu’on élève avec l’idéal d’un prince charmant à la mise à l’index des femmes qui refusent d’avoir des enfants, jusqu’à la répulsion et l’exclusion de la société pour la femme plus âgée, après la ménopause, pour qui la vieillesse n’est pas synonyme, comme pour les hommes, de sagesse mais de décrépitude. Contre le système masculiniste institutionnalisé, Mona Chollet invite à penser le monde différemment, en se libérant de la culpabilisation diabolisante des femmes insoumises et hors-normes. Elle invite toutes les femmes à reprendre le pouvoir sur leur corps et leurs rêves.

« La sorcière incarne la femme affranchie de toutes les dominations, de toutes les limitations ; elle est un idéal vers lequel tendre, elle montre la voie ».
Une ode à l’insoumission et à l’indépendance pour apprendre à s’aimer en tant que femme, dans un essai argumenté, salutaire et indispensable.

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Mon cahier de recettes d'anniversaire pour petits poly-allergiques
Mon cahier de beauté naturelle
Additifs alimentaires : mieux les connaître pour éviter leur toxicité
Mon herbier des feuilles d’arbres... des campagnes et des forêts.