L'auscultation

Un examen médical toujours d'actualité
Rubrique

L'auscultation du corps humain est presque aussi vieille que la médecine. Pratiquée jadis l'oreille collée sur le corps du patient, l'auscultation utilise aujourd'hui des stéthoscopes perfectionnés. Elle ne se cantonne pas à l'écoute du cœur ou des poumons.

LE CŒUR D'ABORD…
L'auscultation cardiaque pratiquée au niveau de la poitrine, à gauche, permet de repérer des troubles du rythme, comme lorsque les battements sont irréguliers (fibrillation auriculaire, extrasystoles, palpitations), trop rapides (tachycardie) ou trop lents (bradycardie). Elle permet également d'entendre des souffles, autrement dit des fuites de sang ou des perturbations de l'écoulement sanguin lorsque l'une ou plusieurs des 4 valves cardiaques (aortique, mitrale, tricuspide, pulmonaire) ont perdu de leur étanchéité ou s'avèrent rétrécies.

… PUIS LES POUMONS
Difficile de se passer de l'auscultation des poumons en cas de suspicion de bronchite, de pneumopathie, d'asthme, voire de pneumothorax ! En temps normal, lors de l'inspiration, les alvéoles pulmonaires émettent en se déplissant un petit bruit qualifié de "murmure vésiculaire". La diminution de ce murmure se rencontre lors de nombreuses pathologies pulmonaires.

SANS OUBLIER LES ARTÈRES…
Rien de tel que l'auscultation des aines ou des carotides pour déceler un rétrécissement artériel partiel, fémoral ou carotidien. En effet, la turbulence engendrée par la modification du flux sanguin dans une zone artérielle rétrécie se manifeste par un souffle net transmis le long de la paroi du vaisseau concerné.

… MAIS AUSSI LE CRÂNE, L'ABDOMEN ET LA GROSSESSE !
Si vous vous plaignez souvent de maux de crâne localisés, ne doutez pas de la santé mentale de votre médecin s'il vous passe un coup de stéthoscope sur la tête ! Dans certains cas, des tumeurs cérébrales fortement vascularisées ou des anévrismes émettent un souffle caractéristique audible à travers le crâne ! Quant à l’abdomen, outre l’auscultation des bruits intestinaux normaux, rien de mieux que le stéthoscope pour entendre le souffle d’un anévrisme aortique ! Reste enfin l’écoute sécurisante des bruits du cœur de bébé et ce, dès la 8ème semaine de grossesse.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...
Mon cahier d'homéopathie
Les Menus et les recettes qui guérissent
Mon cahier d’Homéopathie personnalisée