Le bain dérivatif

Une méthode facile, gratuite et à la portée de tous pour améliorer sa santé !
Rubrique

Faire disparaître, à n’importe quel âge, nombre de soucis de santé courants, en quelques minutes quotidiennes et sans gélule miracle, c’est possible, grâce à une méthode naturelle qui ne nécessite qu’un peu de volonté et de l’eau fraîche : le bain dérivatif.

Le bain dérivatif est pratiqué depuis la nuit des temps dans de nombreux pays du monde et, en Europe, depuis le XIXème siècle. Mais cette pratique, sans doute trop simple et naturelle pour notre société «évoluée», est quelque peu tombée dans l’oubli. Certains hygiénistes, heureusement, l’ont «remise au goût du jour» et elle a désormais de nombreux adeptes chez nous.
La méthode consiste à rafraîchir l’entrejambe et le périnée afin de stimuler le fonctionnement de l’intestin et de faciliter l’évacuation par le corps des toxines et des graisses de mauvaise qualité. Ce processus est possible grâce aux fascias, membranes qui entourent les muscles et les organes.

BAIN DÉRIVATIF, MODE D'EMPLOI
Pour ressentir les nombreux bénéfices de cette méthode, il faut respecter certaines règles.
Tout d’abord, vous devez avoir bien chaud. Restez donc bien couvert (rajoutez même une couche si nécessaire) et n’ôtez que le slip. Vos pieds doivent, eux aussi, être au chaud et au sec et la pièce doit être bien chauffée. Remplissez le bidet (ou une bassine) d’eau fraîche mais néanmoins pas glacée. Testez la température de l’eau. Elle ne doit pas « glacer » la peau. En effet, votre séance de bain dérivatif doit être un moment agréable et non une torture. Munissez-vous d’un gant de toilette propre et asseyez-vous sur le bord du bidet. Attention, vos fesses doivent rester au sec ! Pour être plus confortablement installé(e), vous pouvez poser une planche en travers du bidet ou de la bassine.
Trempez le gant de toilette dans l’eau et faites-le glisser en douceur, dans un mouvement de va-et-vient, entre l’eau et l’entrejambe (du pubis jusqu’à l’anus). Répétez ce geste pendant 10 à 15 minutes. A première vue, cela peut paraître long. Pour éviter ce sentiment et rendre le bain plus agréable, associez-le à une activité délassante : lisez un livre, regardez la télévision, écoutez de la musique...

Il est important que vous ne ressentiez pas le moindre frisson. Si c’est le cas, couvrez-vous plus encore. En effet, si vous frissonnez, vos fascias se contracteront, ce qui provoquera l’inverse de l’effet désiré et annulera les bienfaits du bain.
Après le bain, vous devez absolument rester bien au chaud ! Vous pouvez prendre un bain ou une douche bien chaude ou encore vous glisser sous la couette. L’idéal est donc de pratiquer le bain dérivatif le soir et de vous coucher immédiatement après.
Surtout, ne faites pas de bain dérivatif juste après un repas. La chaleur est en effet nécessaire à une bonne digestion. Attendez donc 1 h 30 à 2 h après avoir mangé.

CONTRE-INDICATIONS
Les personnes épuisées, dépourvues d’énergie, ou atteintes d’une maladie très grave, éviteront de pratiquer les bains dérivatifs. De même, si vous avez essayé mais que vous en ressortez vidé(e), laissez tomber. Ne le faites pas non plus pendant les règles. Après une opération, attendez au moins 6 mois avant de recommencer les bains. Si vous avez subi des opérations répétées, si vous avez des prothèses ou un stimulateur cardiaque, demandez préalablement conseil à votre médecin. Et, si vous êtes enceinte suite à une FIV ou un autre traitement, évitez les bains dérivatifs pendant le premier trimestre de la grossesse.

POUR EN SAVOIR +
Les Bains dérivatifs : un moyen de santé simple, efficace et gratuit, de France Guillain aux éditions Jouvence - 14,90 €
Le Bain dérivatif : Cent ans après Louis Khune..., de France Guillain aux éditions du Rocher - 14 €

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Grossesse et allaitement sans soucis
Additifs alimentaires : mieux les connaître pour éviter leur toxicité
Stress et sommeil, les prescriptions du Dr Valnet
Faut bien mourir de quelque chose !