Le choc anaphylactique !

Ne vous laissez pas surprendre
Rubrique

Le choc anaphylactique guette tout allergique connu ou qui s’ignore, d’où l’intérêt de bien en connaître les symptômes précurseurs et les gestes qui sauvent.

Pollen, cacahuètes, kiwis, antibiotiques, latex, œufs, poisson, nickel, froid, eau de mer et même effort et sperme...

Tout ou presque est susceptible de provoquer une crise allergique plus ou moins grave : ce sont les allergènes. Au printemps, les piqûres de guêpes et autres abeilles viennent s’en mêler avec le risque de déclencher un redoutable choc anaphylactique (CA), ou réaction anaphylactique, autrement dit une réaction allergique disproportionnée qui va mettre la victime en péril en l’exposant à un arrêt cardiaque. Attention, le CA ne survient pas nécessairement lors du premier contact, qui se contente d’être « sensibilisant » simplement, mais peut survenir lors des suivants, et parfois des années après un premier contact, oublié depuis ou qui n’avait pas provoqué de réaction importante. En moyenne, 1 % des allergies entraîne une réaction anaphylactique sévère. On estime le risque de décès par CA de l’ordre de 1 à 5 personnes par million d’habitants.

PETITE ALLERGIE…

Difficile de comprendre le mécanisme du CA sans se pencher quelques instants sur les mécanismes de l’allergie. Schématiquement, l’allergie correspond à la formation d’anticorps dirigés contre l’allergène et appelés IgE. Ces anticorps stimulent des globules blancs spécifiques, les mastocytes qui, à leur tour, libèrent de nombreuses substances, dont l’histamine qui provoque une réaction inflammatoire intense avec une urticaire carabinée, mais aussi une crise d’asthme ou une rhinite. Autre effet spectaculaire, un œdème des lèvres et des paupières qui viennent déformer le visage.

… DEVIENDRA GRANDE

Problème : dans certains cas, l’histamine est libérée en excès. Gare au choc anaphylactique, correspondant à un « désamorçage » du cœur qui ne reçoit plus assez de sang pour fonctionner. En effet, cette libération excessive d’histamine provoque une vasodilatation artérielle avec, comme conséquence, l’apparition généralisée d’œdèmes chauds, rouges et prurigineux (démangeaisons) qui « détournent » le sang des organes vitaux au profit de la peau. Résultat, le cerveau n’est plus assez irrigué et le cœur peut donc s’arrêter du fait d’une tension artérielle effondrée. Dans certains cas, la respiration devient difficile par œdème de la gorge, c’est l’œdème de Quincke, une forme particulière de CA tout aussi redoutable.

QUAND S’INQUIÉTER ?

En définitive, toute allergie ou tout contact avec un allergène connu et qui se manifeste de façon inhabituelle par une rougeur diffuse et des œdèmes prurigineux, un malaise ou une fatigue intense, une tachycardie (augmentation du rythme cardiaque), un œdème de Quincke, une toux ou des difficultés respiratoires (par hyper­réactivité bronchique), des signes digestifs (nausées, vomissements…) ou des vertiges doivent être considérés comme les prémices d’un CA.

JAMBES SURÉLEVÉES

Le CA (ou l’œdème de Quincke) est donc une urgence et il faut réagir lorsque la crise allergique s’avère inhabituelle ou particulièrement intense. Consultez le médecin le plus proche et/ou faites appel au 15 ou au 18. À défaut de l’injection en urgence du traitement du CA (adrénaline), allongez-vous sur le dos et surélevez vos jambes à 90° au-dessus du tronc afin de favoriser le retour sanguin vers le cœur. Si vous êtes déjà sérieusement allergique à un allergène difficilement évitable ou prévisible (piqûre de guêpe ou d’abeille par exemple), investissez dans une seringue d’adrénaline auto-injectable prête à l’emploi, type Anahelp ou Anapen.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Bourdonnements et autres maux d’oreilles
Et si vous manquiez de vitamine D ?
Hydroxyde de magnésium, une panacée à connaître : le Chlorumagène
Mon cahier de sorcière pour devenir immortel.le