Le kyste poplité

Rubrique

On l’appelle aussi « syndrome de la boule dans le creux du genou ».

Vous souffrez de douleurs derrière le genou après une position assise prolongée ? Une boule derrière le genou vous gêne pour vous accroupir  ? Ces symptômes évoquent un kyste poplité (ou kyste de Baker), une pathologie bénigne mais handicapante car douloureuse.

Une bourse séreuse emplie de liquide synovial se développe derrière le genou. Ce liquide provient de l’articulation du genou toute proche. Rappelons que les bourses séreuses sont des petites poches destinées à faciliter le glissement des différents éléments situés autour de l’articulation ou de l’os sous-jacent : muscles, peau et tendons. Quant au liquide synovial, il s’agit d’un liquide intra-articulaire qui lubrifie l’articulation et nourrit les cartilages. D’une façon générale, le kyste poplité touche surtout les hommes âgés de 30 à 50 ans. Mais les femmes n’en sont pas indemnes.

UNE HERNIE DE LIQUIDE ARTICULAIRE
Cette bourse séreuse située dans le creux poplité et l’articulation communiquent naturellement par un petit canal. Effets «vases communiquants» obligent, la bourse séreuse va se remplir de liquide d’autant plus que la sécrétion de liquide dans l’articulation est excessive et qu’un clapet «a nti-retour » empêche le liquide contenu dans le kyste de retourner dans l’articulation. Ce liquide en excès correspond au fameux « épanchement de synovie », un terme remplacé désormais par celui d’épanchement articulaire. Tout ce qui concourt à faire gonfler le genou contribue à enrichir la bourse sous l’effet de la pression, à la façon d’une hernie en somme.

DES CAUSES MULTIPLES
Le kyste poplité connaît plusieurs origines : chute sur le genou, lésion méniscale (le ménisque se coince dans l’articulation), arthrose, entorse de genou, inflammation au niveau du genou (polyarthrite rhumatoïde, rhumatisme psoriasique…), insuffisance musculaire du quadriceps, traumatisme articulaire accompagné d’une lésion ligamentaire ou cartilagineuse, mauvais fonctionnement des membranes synoviales. En d’autres termes, tout ce qui modifie le fonctionnement normal de l’articulation peut entraîner l’apparition de ce kyste.

DES INFILTRATIONS
Supprimer la cause permet le plus souvent de résorber le kyste. Mais lorsqu’il s’avère très douloureux ou handicapant, on peut avoir recours aux ponctions du genou (s’il existe un épanchement) ou carrément du kyste. Des infiltrations de cortisone peuvent l’assécher. En cas d’échec ou lorsque le kyste comprime l’artère ou les nerfs voisins, il faut se résoudre à une intervention chirurgicale (l’arthroscopie est possible) qui consiste à agrandir la communication entre la bourse et l’articulation afin de limiter l’effet clapet et donc de surpression dans le kyste. Pour autant, la récidive est fréquente après une intervention.

TRAITEMENTS ALTERNATIFS
Sans prétendre guérir le kyste, plusieurs solutions permettent de diminuer les symptômes :
> Pansements à l’alcool ou glaçages répétés afin de diminuer la sensation de tension.
> Arnica par voie orale (Arnica montana 9 CH) ou en application locale sur le genou (Arnican, Arnigel) en cas de kyste poplité d’origine traumatique (genou).
> Argile verte en cataplasme pendant la nuit pour diminuer les douleurs. Enduisez le creux poplité avec de l’argile verte et entourez le tout d’un film alimentaire étirable.
> Manipulation ostéopathique en cas de blocage méniscal.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Voir aussi

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Les aliments qui guérissent (Poche)
Le Guide du thé vert
Trucs et astuces de santé
Mon cahier de sophrologie