Le romarin

Rubrique

Utilisé depuis toujours comme condiment, le romarin est à la fois cholagogue et cholérétique. C’est-à-dire qu’il active la sécrétion de la bile et accélère en même temps son élimination.

Utilisé depuis toujours comme condiment, le romarin est à la fois cholagogue et cholérétique. C’est-à-dire qu’il active la sécrétion de la bile et accélère en même temps son élimination. Il accélère et améliore la digestion. Il est donc tout à fait indiqué en cas de somnolence après les repas, ballonnements, flatulences et infections intestinales... car, en plus, il est bactéricide et antiseptique.
On l’indique aussi en cas de spasmes, qu’ils soient d’origine digestive ou respiratoire et c’est un protecteur du foie. Le Dr Valnet insiste aussi sur son action tonifiante qui le fait recommander en cas de fatigue, de surmenage physique ou intellectuel.

On l’utilise pour toutes ces indications sous forme d’infusion de feuilles ou de fleurs. Il suffit de mettre une cuillerée à dessert de plante dans une tasse d’eau bouillante et de laisser infuser 10 minutes avant de filtrer et de boire. En général, on conseille d’en prendre une tasse après le repas, midi et soir.

CONTRE LES RHUMATISMES ET LES DOULEURS MUSCULAIRES
> Faites votre huile de massages en ajoutant 5 gouttes d’huile essentielle de romarin à un demi-litre d’huile d’olive.

ET POUR VOS NEURONES !
Depuis toujours, on emploie dans les pays méditerranéens les « effluves » du romarin pour améliorer sa concentration.
> Pour cela, on fait simplement diffuser de l’huile essentielle (on distille les fleurs de romarin pour obtenir de l’huile essentielle depuis le XIIIe siècle, avant on faisait chauffer la plante).

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Infections ORL : rhumes, angines, bronchites, grippe.
Agenda de la sagesse 2021
Le jeûne : mode d’emploi
Les 3 clés de la santé