Le syndrome du Membre fantôme

Ou comment lutter contre les douleurs après amputation
Rubrique

Les amputations s'accompagnent souvent d'un "syndrome du membre fantôme", autrement dit de douleurs intenses et de sensations désagréables, dans les jours qui suivent l'ablation d'un membre ou d'une partie d'un membre.

DURÉE VARIABLE
Ce syndrome du membre fantôme n'épargne aucune région du corps : on peut même souffrir d'un syndrome de la dent fantôme !
Le syndrome du membre fantôme peut apparaître dès le réveil, juste après l'intervention. Il s'arrête généralement après quelques semaines ou quelques mois, mais il peut durer beaucoup plus longtemps chez certains.

LE CERVEAU VICTIME...
Dans le syndrome du membre fantôme, le cerveau est à la fois victime et responsable. Victime, car il est mis en face d'un changement brutal et important qu'il ne peut pas intégrer immédiatement du point de vue physiologique : la perte d'un membre.

... ET RESPONSABLE
Responsable, car c'est lui qui génère les fausses informations à l'origine du syndrome.  Le cerveau n'a pas intégré la disparition du membre et en conserve une représentation "mentale".

L'ILLUSION QUI SOULAGE
Dans le syndrome du membre fantôme, les traitements médicamenteux, tranquillisants, neuroleptiques, antidépresseurs, analgésiques, et la neurostimulation transcutanée ont peu d'effet.
Mais une Nouvelle technique efficace existe : des chercheurs français de Lyon et Saint-Etienne ont exploité l'idée que suggérer visuellement à une personne amputée qu'elle a encore son membre et même qu'elle peut le toucher, grâce à un système vidéo, permet de leurrer le cerveau.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Le Guide du thé vert
Ma Bible des aliments remèdes
Hydroxyde de magnésium, une panacée à connaître : le Chlorumagène
Les 3 clés de la santé