L'électrocardiogramme

Le meilleur ami du cardiologue… et de son patient !
Rubrique

Troubles du rythme cardiaque, infarctus ou angine de poitrine… la plupart des pathologies cardiaques peuvent être diagnostiquées ou anticipées par un simple électrocardiogramme.

L’électrocardiogramme (ECG), qu’on appelle aussi « électrocardiographie », est l’examen le plus fréquemment utilisé en cardiologie. Il permet le diagnostic de la plupart des pathologies cardiaques. L’ECG est donc indispensable en cardiologie ainsi que dans toutes les disciplines concernées par le cœur (médecine d’urgence en cas de douleur thoracique, médecine du sport pour l’aptitude sportive, bilan pré-anesthésique…).
Mais, même s’il demeure un examen important, l’ECG a ses limites. Quand il est normal, il n’élimine pas formellement une maladie cardiaque. Anormal, il n’est pas synonyme de pathologie. D’où l’importance des résultats de l’examen clinique et des examens complémentaires. L’interprétation de l’ensemble des résultats par un médecin aguerri demeure essentielle.

INFLUX NERVEUX
Rappelons que le cœur est un muscle constitué de 4 cavités (deux oreillettes, une à droite et une à gauche, surmontant chacune un ventricule). Ce muscle est parcouru d’influx nerveux qui permettent la contraction des fibres cardiaques. L’influx nerveux naît dans l’oreillette droite et se propage ensuite à l’ensemble du cœur en empruntant un réseau de neurones spécifiques, selon un trajet particulier et identique d’une personne à l’autre. L’ECG est donc standard, reproductible et donne le même tracé d’un patient à un autre.

EN PRATIQUE
L’ECG correspond au recueil de l’activité électrique, retranscrite sur un papier défilant, par le biais d’électrodes posées sur la peau. Plus précisément, on pose 6 électrodes sur la poitrine, à gauche donc, placées circulairement devant la zone cardiaque. Ces électrodes recueillent l’influx nerveux lorsqu’il se dirige vers le cœur.
D’autres électrodes sont posées sur les membres (poignets, chevilles) et recueillent l’influx nerveux lorsque ce dernier se dirige vers le bas. Ces 10 électrodes permettent donc d’avoir une vision d’ensemble du trajet de l’influx nerveux et donc du fonctionnement du cœur. On peut ainsi savoir dans quelle partie du cœur se situe le problème et dans quelle proportion.
10 minutes suffisent pour faire un ECG. L’examen est indolore et les résultats sont connus immédiatement.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Diététique de l'expérience
Mon cahier de remèdes et recettes au Miel
Grossesse et allaitement sans soucis
Mon cahier des points qui guérissent