Les bons réflexes face à une ivresse aiguë chez un adolescent

Rubrique

« Raves » et festivals techno, apéros géants, soirées d’anniversaire, « teufs »… autant de situations qui comportent un haut risque d’ivresse aiguë pour nos adolescents en recherche de sensations fortes. Gros plan sur les gestes de secours devant un adolescent en coma alcoolique.

Ce phénomène explose un peu partout en France comme en Europe : le week-end (et en semaine parfois !), certains ados et jeunes adultes se livrent à des alcoolisations aiguës volontaires qui peuvent les mener jusqu’au coma alcoolique, avec un risque de décès lorsque la quantité d’alcool ingérée est excessive. Ce sont les « binge drinking », autrement dit des « bitures expresses » (alcoolisation intense dans un court laps de temps), destinées à se « retourner la tête », expression employée par ces ados en quête d’excitations et/ou tout simplement « d’existence », comme le soulignent les spécialistes en comportement des ados. Rappelons que, selon une enquête parue en 2008, 50 % des jeunes de 17 ans avaient déjà été ivres dans l’année en cours. Autre chiffre encore plus inquiétant : parmi les ados de 15 à 16 ans, 15 à 30 % d’entre eux déclarent pratiquer régulièrement la biture expresse.

COMA OU PAS ?

Rappelons que le coma correspond à une forme de sommeil profond dont on ne peut être « extrait » avec les stimulations habituelles. Le coma peut être relativement léger (les stimulations provoquent un réveil laborieux et temporaire) ou profond (aucune réaction) avec de nombreux stades intermédiaires.

COMA ALCOOLIQUE… OU PAS ?

Tout ado découvert inconscient n’est pas nécessairement ivre. Plusieurs autres circonstances ou pathologies plus ou moins graves peuvent expliquer un coma :
> Accident vasculaire cérébral : anévrysme rompu chez un ado sujet aux céphalées fréquentes.
> Hypoglycémie sévère chez un ado diabétique insulino-dépendant.
> Traumatisme routier : ado découvert au bord d’une route en pleine nuit.
> Intoxication au monoxyde de carbone : présence d’une source de chauffage à proximité.
> Intoxication médicamenteuse : présence de boîtes de comprimés vides et d’un mot d’explication.
> Malaise cardiaque chez un ado sportif, retrouvé inconscient dans un vestiaire de sport.
> Crise d’épilepsie : malaise dans une boîte de nuit ou devant l’écran d’ordinateur.

Le contexte de découverte est très important ! Pour autant, tout ado ivre peut être également : fauché par une voiture, victime d’une hypoglycémie, sous influence du cannabis et autres drogues…

L’HALEINE NE TROMPE PAS

Pour en avoir le cœur net sur le caractère « alcoolique » du coma, il faut tout simplement sentir l’haleine de la jeune victime : la présence d’alcool dans l’air expiré ne trompe pas. Il en est de même d’un visage rouge, de conjonctives injectées, autrement dit lorsque le blanc des yeux est rougi par la dilatation des vaisseaux.

GARE AUX VOMISSEMENTS…

Plus que l’alcool lui-même, c’est surtout le risque de vomissements qu’il faut redouter devant une personne en coma alcoolique*. En effet, du fait de l’alcool, les réflexes de protection des voies aériennes supérieures sont inhibés, d’où un risque de vomir dans ses bronches pendant le coma et donc de mourir étouffé.
Ne faites jamais vomir une victime inconsciente, à fortiori en état d’ivresse, dans l’idée d’éliminer l’alcool de son estomac : le « remède » serait pire que le mal !

…ET À L’HYPOTHERMIE

Autre risque de l’intoxication alcoolique aiguë, le risque d’hypothermie et ce, même en été. Sous l’effet de l’alcool, les vaisseaux se dilatent, d’où une perte de chaleur rapide et intense qui expose à un refroidissement d’autant plus important que le coma survient en hiver et que la victime est allongée à même le sol (refroidissement du corps par un phénomène de conduction) et peu couverte.

METTEZ LA VICTIME EN POSITION LATÉRALE DE SÉCURITÉ

La position latérale de sécurité, ou PLS, correspond à la position dans laquelle on doit placer une victime inconsciente en attendant les secours, afin qu’elle puisse respirer sans risquer de vomir dans ses bronches.
Pour mettre l’ado en PLS, il faut lui saisir le bras et la jambe du côté droit et le faire pivoter d’un seul tenant sur le côté gauche, le cou dans l’axe du corps, surtout s’il existe un contexte d’accident routier. La jambe gauche doit être tendue, et la jambe droite qui la recouvre doit être pliée afin de stabiliser la victime sur le sol. Les deux mains sont jointes et placées sur le sol, sous la joue gauche de la victime.
Veillez à lui faciliter la respiration en dégrafant tout ce qui peut entraver les mouvements thoraciques : ceinture, écharpe, soutien-gorge, col de chemise, etc.
N’oubliez pas de vérifier l’intérieur de la bouche à la recherche de corps étrangers (chewing-gum, aliments, vomissures, appareil dentaire amovible…).
Enfin, recouvrez la victime pour lui éviter une hypothermie. Si tel est le cas, il faut la réchauffer prudemment (bouillotte, manteau, couverture chauffante…).

APPELEZ LE 15

Il ne vous reste plus qu’à appeler le 15 (S.A.M.U) ou le 18 (pompiers). Restez près de la victime et attendez les secours. Bien entendu, vous devez également vérifier régulièrement son pouls et vous assurer de l’existence d’une respiration, même superficielle. En cas d’arrêt cardiaque et respiratoire, une réanimation par massage cardiaque et bouche-à-bouche doit être déclenchée sans attendre les secours !

* Au-delà de 3,5 g/litre de sang, l’alcool peut provoquer une dépression respiratoire.

Si vous souhaitez accéder aux articles en version intégrale, souscrivez à la version abonné de notre site.

Déjà abonné(e) ?

Mots-clés

Sélection de livres disponibles dans notre boutique

Venus d’Inde, les remèdes qui guérissent
Rhumatismes et maux de dos : les prescriptions du Dr Valnet
Mon herbier des feuilles d'arbres… des parcs et des jardins
Chimiofolies